réalisateur

scénariste

studios

  • MK2 Productions
  • France 3 Cinéma
  • Canal +
  • BiBi Film

distributeur

  • Métropole Films Distribution

Bandes-annonces & Images

Revues de presse

Médiafilm

Lire la critique

Invitation à s'abandonner au mensonge, le récit en deux temps, avec point de bascule et jeu de miroirs intrigants, épouse le mouvement habituel du cinéma de Kiarostami, c'est-à-dire patient et modulé, fondé sur la déambulation physique comme moyen d'illustrer la transformation de l'esprit.

Martin Bilodeau Lire la critique complète

Le Monde

Lire la critique

Ces scènes symboliques nous rappellent que nous sommes au cinéma, mais que ce qu'une femme comme Juliette Binoche (éblouissante) affiche sur un écran, sa soif de vivre, ses chagrins, son goût de l'autre, est de l'ordre de la confession.

Jean-Luc Douin Lire la critique complète

Le Nouvel Obs

Lire la critique

Abbas Kiarostami, qui signe ici son premier film hors d'Iran, s'amuse à brouiller les pistes, nous laissant dans une réjouissante incertitude. Sommes-nous dans la copie? L'original? Ou simplement dans l'instant?

Marie-Elisabeth Rouchy Lire la critique complète

Libération

Lire la critique

Le babillage, tour à tour savant et approximatif, n'est probablement qu'un leurre pour dresser soudain dans le vide démeublé d'une fin d'après-midi le bilan moral des expériences et des émotions encloses dans le seul réceptacle mystérieux des visages que la caméra du cinéaste ne quitte presque jamais du regard.

Didier Péron Lire la critique complète

Le Point

Lire la critique

On s'ennuie dans la première partie où il est surtout question d'art, de la primauté de la copie sur l'original, comme si le cinéaste iranien voulait nous préparer sur le plan théorique (trop théorique et donc ennuyeux) à la virevolte du milieu, où l'historien, pris à sa propre thèse, va devenir la copie d'un mari fantasmé.

François-Guillaume Lorrain Lire la critique complète

Le Figaro

Lire la critique

Abbas Kiarostami bat la mesure sur une partition ­alternant drame et comédie. Comme dans la vie. Face à elle, un acteur débutant William Shimell, séduisant, lointain, dans la note juste. Normal pour un baryton de métier.

Emmanuèle Frois Lire la critique complète

The Gazette

Lire la critique

In one sense, that's it; nothing much happens in this film except for a lot of conversation, ranging from the scholarly to the metaphysical, romantic and recriminatory. And yet, the path that Kierostami leads us on is full of little twists and at least one sharp turn that need to be experienced first-hand.

T'Cha Dunlevy Lire la critique complète

24imag

Lire la critique

L'histoire de Copie conforme, comme dans le reste de l'œuvre de Kiarostami, est banale en apparence; le drame semble minimal et s'inscrit dans l'ordinaire, mais c'est dans un geste de dédramatisation que le film tente de recomposer une autre forme de dramaturgie qui recompose la relation du spectateur au spectacle, en le gardant dans un état d'éveil différent de celui du cinéma auquel on l'a tant habitué.

Serge Abiaad Lire la critique complète

Voir

Lire la critique

Au sommet de sa beauté et de son talent, ardente comme jamais, l'actrice française porte sur ses gracieuses épaules cette comédie romantique aussi charmante que déroutante.

Manon Dumais Lire la critique complète

La Presse

Lire la critique

Lauréate du prix d'interprétation féminine à Cannes l'an dernier, Juliette Binoche trouve ici l'un de ses plus beaux rôles. Face à elle, William Schimell, un chanteur d'opéra faisant ici ses débuts à l'écran, est convaincant.

Marc-André Lussier Lire la critique complète

Lecinema.ca

Lire la critique

Copie conforme est un film complexe, intelligent, stimulant. Mais que l'on ne s'y trompe pas. Il n'est pas de ces films à se perdre dans quelques circonvolutions compliquées pour asseoir sa supériorité intellectuelle ou enfoncer ses thèses dans la gorge des spectateurs. Non, dans Copie conforme, c'est par la simplicité qu'Abbas Kiarostami va peu à peu nous faire pénétrer au coeur de la complexité des relations humaines.

Helen Faradji Lire la critique complète