Affiche du film  Zarafa
© Les Films Séville

Zarafa

Version originale en français
3 août 2012

La première girafe de France

Photo Par Karl Filion

Zarafa est un fort joli film, cela ne fait aucun doute. Même si en fin de course le récit s'essouffle, ce conte senti empruntant aux traditions d'animation de Michel Ocelot, des grands maîtres japonais et même aux classiques de Disney est particulièrement efficace. De magnifiques dessins misant sur le réalisme et les détails, un travail impeccable sur les voix et des comédiens particulièrement talentueux en font la réussite, qui mise aussi sur un ton bien maîtrisé, à la limite entre le film éducatif et le film d'aventures. Les enfants devraient se régaler. Les parents... un peu moins, mais bon.

Les réalisateurs Rémi Bezançon et Jean-Christophe Lie ont porté une attention particulière aux détails dans ce film bien rythmé; les paysages magnifiques et l'animation fluide sont particulièrement impressionnants. Cette histoire exotique est le moyen d'apprendre tout en s'amusant sur d'autres cultures et d'autres coutumes, dans le respect et dans l'écoute. Le film ne manque pas non plus d'expliquer littéralement et simplement (on pourrait qualifier ça de métalinguistique) des termes et des idées plus abstraites, ce qui permet d'apprendre encore plus et d'aiguiser la curiosité des jeunes spectateurs, à qui il ne fait aucun doute que le film s'adresse expressément.

Parce que le film s'adresse même aux plus jeunes enfants (et qu'il est court), les rebondissements du scénario s'avèrent aussi inoffensifs que prévisibles, ce qui rend l'exercice bien plus palpitant pour un spectateur qui n'a pas l'habitude ou qui a besoin d'être rassuré. La violence est habilement évitée et les thématiques sont fortes, dignes des plus grandes fables à avoir traversé les époques jusqu'à nous. Profitant du médium pour raconter différemment, les réalisateurs maîtrisent bien l'aspect cinématographique du film sans trop s'éloigner de ce qui fait le charme - familial - d'un film comme celui-ci. En résumé : simple, efficace, évocateur, coloré. Le cinéma au service du récit, sans grande innovation.

Cela ne signifie pas que le long métrage évite le drame, cependant, et les émotions qu'il propose sont parfois plus complexes que les stéréotypes auxquels on est habitués. Ce sera à chaque parent de voir, mais il nous semble à nous que c'est une qualité, quitte à ce que les enfants versent quelques larmes.

Zarafa est donc ce film d'animation familial compétent, qui se consacre entièrement à son jeune public au détriment, peut-être, des autres. Peut-être moins « cartoon » que d'autres films s'adressant au même public, Zarafa a quelque chose de réaliste dans le niveau de détails qui frappe l'oeil, qui favorise l'immersion et qui rend son récit particulièrement chaleureux au départ. Malheureusement, les dernières minutes, plutôt confuses et empressées, viennent clore maladroitement cette histoire autrement fort jolie qui ne manquera pas d'enthousiasmer les enfants.

Partager sur : Twitter Facebook
Photo Karl Filion

Mes dernières critiques

Alexandre et sa journée épouvantablement terrible, horrible et affreuse
Le juge
Les apparences
Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire
2 temps 3 mouvements
Qu'est-ce qu'on fait ici?
L'épreuve : Le labyrinthe
Aimer, boire et chanter
Site conçu et développé par Logo Libéo
Représentation publicitaire par Logo Moviefone
© 2016 Média Happy Geeks inc. Tous droits réservés.