Scène du film Law Abiding Citizen
© Alliance Vivafilm

Un honnête citoyen

Version en français
v.o.a. : Law Abiding Citizen
15 octobre 2009

Vindicte populaire

Photo Par Elizabeth Lepage-Boily

Un père qui voit sa femme et/ou sa fille être assassinée puis violée sous ses yeux et qui s'acharne à la/les venger est un sujet bouleversant, il va sans dire, mais si souvent exploité au cinéma qu'il devient banal. Les questions de justice, de vengeance et de moralité sont coutume, voire obsession, au grand écran, et pour s'épargner l'étiquette d'oeuvre pastiche les cinéastes doivent apporter des éléments différents et rafraîchissants à leurs productions, une chose que malheureusement Un honnête citoyen n'essaie même pas.

Clyde Shelton est un ingénieur et un père de famille heureux, jusqu'au jour où deux criminels entrent chez lui pour tuer de sang-froid sa femme et sa fille. Malgré le fait qu'il a vu le visage de ses agresseurs, le maître d'oeuvre du crime, Darby, n'écope que de quelques années de prison. Dix ans plus tard, Shelton trafique la mise à mort du complice pour qu'il agonise dans d'affreuses souffrances et kidnappe Darby, l'attache et le torture jusqu'à ce qu'il rende son dernier souffle. Arrêté par la police et placé dans une cellule d'isolement en prison, Shelton continue d'éliminer tous les hommes de loi qui ont un lien avec l'assassinat de sa famille.

Le personnage principal est invraisemblable et lacunaire, bien qu'interprété avec justesse par Gerard Butler. La vengeance et la soif de justice qui animent le père en deuil ne sont pas corroborées à la violence démesurée de ce dernier. Un facteur supplémentaire et évocateur aurait été nécessaire au protagoniste pour expliquer ses actes véhéments, mais au lieu de cela, le scénariste semble avoir choisi la facilité à la crédibilité.

La réalisation emploie certains procédés qui, bien que maintes fois exploités, restent efficaces tant visuellement que narrativement. Par exemple, le montage alterné qui dépeint la petite fille de l'avocat de la défense jouant du violoncelle sur scène et les actes sadiques du protagoniste (qui sont d'ailleurs d'une brutalité excessive) soulève une antithèse intéressante.

L'intrigue, qui progresse parfois adéquatement, est trop souvent ralentie par des remises en question ou d'inutiles justifications. Les personnages qui mourront avant la fin du récit sont prévisibles, tout comme le sont les assauts du détenu, et c'est sans parler ici du dénouement qui, en plus d'être risible, manque de structure et de raffinement.

Des textes décousus au sein d'évènements improbables, le suspense de F. Gary Gray souffre d'une carence importante de logique et de rigueur. Sans n'être qu'une banale imitation, le film reprend des sujets déjà usés et des valeurs particulièrement douteuses. Si votre intérêt dans Un honnête citoyen était la frénésie d'une bonne intrigue, restez à la maison... votre vie est probablement plus excitante.

Partager sur : Twitter Facebook
Photo Elizabeth Lepage-Boily

Mes dernières critiques

Les sept mercenaires
Crise à Deepwater Horizon
Snowden
Pour l'amour d'Hollywood
Nelly
Juste la fin du monde
Site conçu et développé par Logo Libéo
Représentation publicitaire par Logo Moviefone
© 2016 Média Happy Geeks inc. Tous droits réservés.