Affiche du film  Rapides et dangereux 6
© Universal Pictures

Rapides et dangereux 6

Version en français
v.o.a. : Fast & Furious 6
24 mai 2013

Pourquoi?

Photo Par Elizabeth Lepage-Boily

C'est de pire en pire. Fast Five avait au moins une intrigue « intéressante » à laquelle s'accrocher, une histoire assez bien ficelée pour conserver l'attention du public et même le déjouer, mais Fast and Furious 6 est une farce. Il existe probablement des scénarios rédigés par des élèves du primaire qui sont plus structurés et intelligents que celui-ci. Que ce soit pour ses dialogues et ses répliques puériles et mélodramatiques (tels que « Vous êtes plus fort ensemble » et « On ne tourne jamais le dos à la famille » ) ou pour ses blagues qui ne fonctionnent qu'une fois sur dix (on sourit deux fois), le scénario est définitivement le plus gros problème de ce film.

On nous explique vaguement ce que le méchant cherche à faire et pourquoi il parcourt le monde avec son équipe d'experts, mais ce passage est si vite esquivé pour des cascades, des combats et surtout des conversations interminables qu'on réalise au final qu'on n’a aucune idée de ce en quoi consistait la stratégie du terroriste (ou peut-être était-ce un ancien militaire frustré ou un tortionnaire) et quelles étaient ses intentions. Parce que tout le monde sait que l'histoire n'est pas ce qui attire les foules, ce que ce public veut voir, c'est des courses de voitures. Alors pourquoi n'y en a-t-il pas avant une heure quinze minutes? Et, de toute façon, même si les scénaristes sont conscients que le récit n'est pas le principal intérêt de ses spectateurs, ils pourraient au moins faire semblant qu'il y en a un plutôt que de les prendre pour des demeurés avec aussi peu de subtilité.

Les scènes complètement inutiles abondent, mais la plus marquante est probablement celle qui implique la visite de Brian dans une prison de Los Angeles. Il traverse l'Atlantique pour se rendre jusque dans un pays où il risque d'être fait prisonnier à vie pour un entretient sans importance avec un mafieux qu'il met à terre après quelques coups et en évitant, bien sûr, ses deux ou trois acolytes armés de couteau. Après les séquences les plus inutiles, la cascade la plus absurde; Toretto qui saute du haut d'un viaduc pour attraper Letty qui s'est fait catapulter d'un tank pour aller atterrir sur une voiture et n'avoir - évidemment! - que des égratignures.

Le seul point positif (mettons des bémols à « positif ») de ce très inutile sixième chapitre est la présence de Gina Carano au générique. La professionnelle des arts martiaux mixtes livre des combats bien chorégraphiés (quoique souvent un peu trop longs) avec Michelle Rodriguez. Probablement les seuls moments du film qu'il vaut la peine de voir...

Fast and Furious 6 dépasse souvent les limites de l'entendement et nous ramène à cette question dont nous connaissons pourtant la réponse; pourquoi? Pourquoi continuer alors que c'est de pire en pire? Nous savons tous que c'est pour l'argent (les chiffres du cinquième étaient tellement impressionnants qu'on ne pouvait pas s'attendre à un simple abandon), mais nous ne pouvons nous empêcher de nous poser la question, surtout après avoir été témoin de la vacuité de cet énième chapitre.

Partager sur : Twitter Facebook
Photo Elizabeth Lepage-Boily

Mes dernières critiques

Site conçu et développé par Logo Libéo
Représentation publicitaire par Logo Moviefone
© 2016 Média Happy Geeks inc. Tous droits réservés.