Peur grise

Version en français
v.o.a. : The Grey
Le film ne peut être vu que par des personnes de 13 ans et plus. Les enfants de moins de 13 ans peuvent y avoir accès s'ils sont accompagnés par un adulte.
Doublé au Québec

Durée

1h57

Genre

Drame

Origine

  • États-Unis

Date de sortie au Québec

27 janvier 2012

Date de sortie du DVD

22 mai 2012

Synopsis

Depuis la mort de sa femme, Ottway travaille en Alaska, où il chasse les loups afin de protéger les ouvriers des compagnies pétrolières de leurs attaques. Appelé à accompagner un groupe de travailleurs qui doivent construire un pipeline dans une zone plus éloignée, Ottway s'embarque dans un avion qui s'écrase quelque temps après le décollage. Rapidement, les survivants sont attaqués par une horde de loups. Afin de sauver leur peau, les ouvriers tentent de les fuir, mais ils sont rattrapés les uns à la suite des autres, soit par la nature, soit pas les loups.

Synopsis © Cinoche.com

Réalisateur

Studio de production

  • 1984 Films
  • Scott Free Productions
  • Liddell Entertainment

Distributeur au Québec

  • Les Films Séville
Horaire cinéma

Ce film n'est pas à l'affiche.

Revues de presse
Médiafilm
40%
Médiafilm
Cote: 5 (Moyen)

Passée la séquence d'écrasement bien troussée, le rythme fléchit et l'intrigue s'étire. Seul membre de la distribution pourvu d'un rôle étoffé, Liam Neeson s'avère solide, voire émouvant.

Lecinema.ca
60%
Martin Gignac
Cote: 3 étoiles

Faisant fi d'une idée de base éprouvée et d'une bande-annonce peu convaincante, «The Grey» livre la marchandise, tenant en haleine jusqu'à la fin.

Voir
40%
Manon Dumais
Cote: 2 étoiles

Et devant les nombreuses longueurs et la lourdeur des dialogues, on aurait souhaité que cette nouvelle fasse l'objet d'un court métrage.

Canoë
60%
Isabelle Hontebeyrie
Cote: 3 étoiles

Peur grise n'a pas la prétention d'être de l'Art. C'est une recette où tout est prévisible, mais ça marche suffisamment bien pour qu'on ne s'endorme pas ni qu'on ne regrette de s'être déplacé par temps froid !

The Gazette
70%
Jay Stone
Cote: 3.5 out of 5

The Grey could possibly be too smart, or at least, too thoughtful, for its own good. Everyone loves a good philosophical talk around the campfire, but not when there are giant wolves to flee.

Hour
70%
Kevin Laforest
Cote: 3.5 étoiles

Full of scary-intense sequences that practically make it feel like a monster movie, this adaptation of a short story by Ian Mackenzie Jeffers (who co-wrote the screenplay with director Joe Carnahan) is also a surprisingly introspective, occasionally downright emo film in which the characters spend much time reflecting upon their lives, struggling with faith and trying to come to terms with their seemingly impending death.

Cinema Blend
70%
Katey Rich
Cote: 3.5 étoiles

It's excellent to get to the end of The Grey and feel something, and there's no doubt that the especially stellar action sequences are made better because Carnahan gives us reason to care about the people in them.

Joblo.com
90%
Jimmy O
Cote: 9/10

Carnahan drifts into the cerebral occasionally which may turn off fans looking for a mindless adventure. Personally I appreciated the story as it delved back into the past. It is tricky to present flashbacks for certain characters, yet it worked for me nearly every single time. This brought humanity to the men, even if it occasionally felt a tad too melodramatic for a moment or two.

USA Today
50%
Claudia Puig
Cote: 2 étoiles sur 4

The computer-generated wolves have more personality than any of the dull characters in The Grey.

Rolling Stone
75%
Peter Travers
Cote: 3 étoiles

Nature is a bitch. As you'll see in The Grey, a terrifically exciting, deeply unsettling survivalist epic about a dirty half-dozen or so whose plane crashes in the Alaskan wilderness, leaving them prey to biting cold and teeth-gnashing wolves.

The New York Times
A. O. Scott

Action movies, including Mr. Carnahan's earlier films, often turn death into sport, numbing pain, fear and desolation with the visceral rush of violence. The Grey, meticulous in its choreography of fight and flight, and questionable in its depiction of wolf behavior, is notable for the thoughtfulness and sensitivity with which it addresses the thorny ethical and metaphysical matters of mortality. It takes death seriously, and partly as a consequence, every moment, every frame, feels alive.

The Los Angeles Times
50%
Robert Abele
Cote: 2.5 étoiles

Résultat: un long métrage bancal. Qu'il faut toutefois, pour en connaître la conclusion, consommer jusqu'à la dernière goutte. Laquelle se trouve après le générique.

Site conçu et développé par Logo Libéo
Représentation publicitaire par Logo Moviefone
© 2016 Média Happy Geeks inc. Tous droits réservés.