Affiche du film  Peanuts
© 20th Century Fox

Peanuts : Le film

Version en français
v.o.a. : The Peanuts Movie
6 novembre 2015

Ne renoncez jamais

Photo Par Elizabeth Lepage-Boily

Vous savez, ces films qui vous font un bien fou, ceux qui possèdent une magie bien particulière, qui ont un effet des plus mystérieux et qui vous transportent et vous transforment? The Peanuts Movie fait partie de ces petits miracles du cinéma qui, pour 90 minutes, vous redonnent votre coeur d'enfant et une foi nouvelle en l'humanité. Bon... Je pousse peut-être un peu, mais ce film fait du bien à l'âme, et comme l'automne s'installe insidieusement sur nos terres, on ne peut espérer meilleur élixir à la morosité du temps.

Comme le projet est chapeauté par le fils et le petit-fils de Charles M. Schulz, le créateur de Charlie Brown, on s'imaginait bien que l'univers de Peanuts serait respecté à la lettre, et nous n'avions pas tord. Les professeurs et les parents s'expriment par des bruits de trombones désagréables (à l'image des voix des adultes aux oreilles des enfants), Woodstock s'endort avec son « Z » caractéristique, Lucy offre de l'aide psychologique à ses compatriotes au coût de 5 ¢ la séance, Snoopy s'envole vers des aventures rocambolesques sur sa niche-avion et, évidemment, Charlie Brown reste ce petit garçon gaffeur et malchanceux qu'on a appris à aimer et auquel on ne peut que s'attacher. Chacun des personnages a conservé son caractère si bien défini dans les écrits de Schulz. Physiquement, ils sont aussi très semblables à leurs versions précédentes, bénéficiant d'une amélioration nécessaire à leur introduction dans le monde du 3D.

Encore ici, même si les efforts ont été gargantuesques pour permettre aux personnages de Peanuts d'entrer dans une nouvelle ère, la stéréoscopie n'apporte rien à l'histoire, ni même lors des séquences fantasmées par Snoopy. Ces scènes ont, d'ailleurs, probablement été réfléchies pour la troisième dimension. C'est peut-être pourquoi elles sont si longues et nuisent au rythme de la ligne narrative principale. Mentionnons par contre que l'une des meilleures scènes est issue de ce segment, alors que Snoopy s'imagine dans une quête effrénée pour retrouver sa belle et qu'il croise ainsi le chemin de nombreux personnages, s'accrochant à leurs guirlandes de lumières et s'immisçant dans leurs bains moussants.

La fantastique trame sonore (dont l'extraordinaire chanson « I Feel Better When I'm Dancing » de Meghan Trainor) permet aussi au film de gagner les coeurs des parents et enfants. On retrouve également au sein de cette dernière, la musique de Vince Guaraldi de l'univers original de Peanuts qui nous procure un plaisir nostalgique non égalé. Le film a aussi choisi de faire plaisir aux fans de la première heure en rappelant certains éléments des productions précédentes, dont Linus et sa croyance en la grosse citrouille.

Précisons également que la qualité du doublage français québécois est exceptionnelle. Vous n'aurez aucun regret à voir ce film dans sa version française plutôt qu'en version originale anglaise. Ce qui, avouons-le, est plutôt rare.

The Peanuts Movie est un grand succès. Il y a bien quelques petites longueurs occasionnées avec Snoopy, mais comme la magie de Charlie Brown s'y trouve toujours, on pardonne beaucoup plus facilement les excès du beagle.

Partager sur : Twitter Facebook
Photo Elizabeth Lepage-Boily

Mes dernières critiques

Site conçu et développé par Logo Libéo
Représentation publicitaire par Logo Moviefone
© 2016 Média Happy Geeks inc. Tous droits réservés.