Affiche du film Oublie Sarah Marshall
© Universal Pictures

Oublie Sarah Marshall

Version en français
v.o.a. : Forgetting Sarah Marshall
17 avril 2008

Plus facile à dire qu'à faire

Photo Par Karl Filion

Une comédie romantique presque conventionnelle qui fait pourtant rire du début à la fin et qui est pleine de petites nouveautés. Pas de révolution, pas de créativité démesurée ni de nouvel ordre des choses, seulement quelques petits détails qui font toute la différence dans ce qui est ce qu'on peut espérer de plus lucide sur le romantisme au cinéma.

Lorsque sa copine, l'actrice Sarah Marshall, le quitte, Peter est dévasté. Incapable de faire son deuil, il enchaîne d'abord les aventures d'un soir avant de décider de prendre quelques jours de vacances à Hawaii. Sitôt arrivé, il rencontre la ravissante préposée de l'hôtel... et retrouve Sarah, qui a décidé de venir passer ses vacances dans le même hôtel avec son nouveau chum, un chanteur britannique.

Les comédies romantiques, un genre particulièrement prisé en février, ont de la difficulté à se renouveler. Souvent répétitives, elles mettent habituellement en vedette un garçon amoureux d'une fille qui le quitte et qui a de la difficulté à faire son deuil, qui y parvient finalement en rencontrant une autre jeune fille compréhensive (et tellement irréelle!) mais qui tombe dans le piège et retourne à son premier amour; est immanquablement pris sur le fait et se retrouve tout seul, jusqu'à ce qu'une des deux lui pardonne. Oublie Sarah Marshall est construit exactement sur ce modèle. Ce qui en fait une comédie supérieure à la moyenne est entre ces points de repère rassurants; quand un couple nouvellement marié a besoin de conseils pour pimenter sa vie sexuelle, quand un jeune serveur ambigu cherche à se faire remarquer par la vedette de rock et quand on n'adoucit pas la vie avec un ton propret qui élimine le sexe de toutes les discussions.

C'est aussi, par exemple, se faire laisser flambant nu, pleurer au lit avec une fille qu'on vient de rencontrer dans un bar, faire un concours de cris de jouissance avec la chambre voisine et c'est, au lieu de se faire prendre sur le fait, aller dire à sa nouvelle blonde
dans le lobby d'un hôtel qu'on vient de « renouer » (bon, l'euphémisme est faible) avec son ancienne. Un peu comme la désormais légendaire tache de sang sur le pantalon dans Superbad, c'est de l'humour audacieux et rafraîchissant qui n'est pas pour toutes les oreilles mais qui est le seul espoir du cinéma américain et de ses recettes congelées à mettre au micro-ondes.

Le scénariste Jason Segel s'offre un personnage principal qui n'est ni le bellâtre sûr de lui habituel, ni l'irresponsable jeune délinquant sans sensibilité qui ne cherche qu'une vulgaire satisfaction sexuelle. Honnête, attachant, impliqué émotionnellement, il est parfait pour la belle Rachel (Mila Kunis, Jackie dans That 70's Show
et la voix de Meg dans Family Guy), tout droit sortie du paradis. Kristen Bell, impudique, est tout aussi délicieuse.

Malheureusement, quelques moments inégaux dans Oublie Sarah Marshall viennent briser quelquefois le rythme mais sans gâcher le plaisir de voir, sans fausse pudeur, une comédie vulgaire, mais pas trop, et qui est plus réaliste que les autres. L'implication émotive est même tellement forte qu'un romantisme insoupçonné est tout spécialement efficace dans les paysages enchanteurs d'Hawaii, entre ces jeunes filles trop belles et trop gentilles pour être vraies et l'attitude décontractée des plages. Jusqu'à se réconcilier inconditionnellement avec le genre? Peut-être pas... Mais pour passer un bon moment, certainement.

Partager sur : Twitter Facebook
Photo Karl Filion

Mes dernières critiques

Alexandre et sa journée épouvantablement terrible, horrible et affreuse
Le juge
Les apparences
Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire
2 temps 3 mouvements
Qu'est-ce qu'on fait ici?
L'épreuve : Le labyrinthe
Aimer, boire et chanter
Site conçu et développé par Logo Libéo
Représentation publicitaire par Logo Moviefone
© 2016 Média Happy Geeks inc. Tous droits réservés.