Les femmes du 6e étage

Version originale en français
v.o.f.s.-t.a. : Les femmes du 6e étage
Le film peut être vu sans risque par des personnes de tout âge.

Durée

1h47

Genre

Comédie

Origine

  • France

Date de sortie au Québec

3 juin 2011

Date de sortie du DVD

13 décembre 2011

Synopsis

Jean-Louis Joubert, un agent de change vivant dans le Paris des années 60, mène une petite vie rangée, jusqu'au jour où il découvre l'univers des bonnes espagnoles qui habitent le sixième étage de son immeuble. Celle qui travaille chez lui, Maria, le fascine particulièrement, au point où il tente de développer une relation d'amitié avec elle. Lentement, il se transforme, ce qui ne manque pas de créer des conflits avec sa femme Suzanne, qui le chasse éventuellement de son foyer. Mais qu'à cela ne tienne, Jean-Louis Joubert emménagera avec ces femmes dynamiques et excentriques qu'il affectionne tant depuis qu'il s'est ouvert au monde.

Synopsis © Cinoche.com

Réalisateur

Producteurs

Studio de production

  • Vendôme Production
  • France 2 Cinéma

Distributeur au Québec

  • Les Films Séville
Horaire cinéma

Ce film n'est pas à l'affiche.

Revues de presse
Médiafilm
75%
François Lévesque
Cote: 3 (Très bon)

La reconstitution historique, avec au centre cet appartement au luxe empesé, s'avère en outre fort crédible. Enfin, l'interprétation d'ensemble est absolument irrésistible.

Lecinema.ca
60%
Martin Gignac
Cote: 3 étoiles

Une comédie sociale, drôle et mouvementée dominée par la performance incendiaire de Fabrice Luchini. Un petit film sympathique comme tout.

La Presse
70%
Marc-André Lussier
Cote: 3,5 étoiles

C'est joliment mélancolique, parfois même poignant, toujours sincère. Sans contredit l'une des belles surprises de la saison.

Télérama
Guillemette Odicino

Les rapports patrons-domestiques, la découverte du plaisir de vivre au contact d'un monde aux antipodes : Philippe Le Guay connaît ses classiques, Marivaux et le Renoir de La Règle du jeu. Reconstitution d'époque à la dentelle (de tablier) près, dialogues cousus main, mise en scène élégante, le film est moins débridé que son ­héros, mais qu'importe, on aime la pudeur de Philippe Le Guay.

Libération
Didier Péron

La levée de conventions désuètes (celles de la France de De Gaulle bientôt balayée par 68) pose problème. Car après tout, pourquoi les années 60 ? On imagine aisément la même situation aujourd’hui avec des bonnes africaines ou asiatiques payées en Chèque emploi service…

Le Figaro
75%
Marie-Noëlle Tranchant
Cote: 3 coeurs

Rien n'égale la timidité charmée, la gourmandise étonnée de Luchini s'éveillant peu à peu de sa somnolence au milieu d'un tourbillon d'Espagne. Longtemps, on a admiré l'acteur virtuose, mais il a dépassé le stade du brio pour atteindre une fantaisie sans fioritures. Face au chœur éclatant des Espagnoles, c'est un soliste tout en fraîcheur. Leur dialogue est plein de saveur.

Le Monde
Jean-Luc Douin

Le divertissement est d'autant plus réussi que les comédiens sont au diapason. Fabrice Luchini et Sandrine Kiberlain sont décidément parmi nos meilleurs interprètes fantaisistes.

Le Nouvel Obs
75%
Alain Riou
Cote: 3 étoiles

Ce magnifique hommage au métier de servir est un enchantement de finesse, de malice, d’enseignement discret et amusé de la sagesse. Il donne au genre virtuel du « film tendre » une noblesse égale à celle du « film dur », et constitue sans doute le meilleur, jusqu’ici, de la carrière d’un Luchini éblouissant.

Le Point
François-Guillaume Lorrain

C'est en faisant confiance - à l'image de son protagoniste - à l'univers exubérant de ses "bonnes" que Le Guay sauve son film. Car, sur le papier, le bourgeois chiffonné qui découvre la vraie vie avec le prolétariat féminin et étranger sentait à des lieues son démago et l'auto-flagellation à la française.

Site conçu et développé par Logo Libéo
Représentation publicitaire par Logo Moviefone
© 2016 Média Happy Geeks inc. Tous droits réservés.