Les bons gars

Version en français
v.o.a. : The Nice Guys
Le film ne peut être vu que par des personnes de 13 ans et plus. Les enfants de moins de 13 ans peuvent y avoir accès s'ils sont accompagnés par un adulte.
Doublé au Québec

Durée

1h56

Genre

Comédie policière

Origine

  • États-Unis
  • Grande-Bretagne

Date de sortie au Québec

20 mai 2016

Date de sortie du DVD

23 août 2016

Synopsis

Los Angeles, 1977. Une jeune fille prénommée Amelia est portée disparue et deux hommes qui s'engueulent constamment tentent de la retrouver. Jackson Healy est un spécialiste pour infliger des douleurs corporelles à ses adversaires et il fait équipe avec le détective privé Holland March et la fille adolescente de ce dernier. Leur enquête les mène rapidement vers l'industrie du film pornographique où chaque témoin potentiel perd mystérieusement la vie. Plus ils posent des questions et plus ils risquent d'y laisser la peau. La situation se complique davantage lorsque des instances politiques semblent impliquées.

Synopsis © Cinoche.com

Réalisateur

Studio de production

  • Silver Pictures
  • Waypoint Entertainment

Distributeur au Québec

  • Warner Bros. Canada
Horaire cinéma

Ce film n'est pas à l'affiche.

Revues de presse
Médiafilm
60%
Louis-Paul Rioux
Cote: (4) Bon

En forme, Crowe partage une belle chimie avec un Ryan Gosling plus clownesque que jamais. Mais l'épatante Angourie Rice, nouvelle venue très prometteuse, leur vole parfois la vedette.

Séquences
60%
Élie Castiel
Cote: 3 étoiles

Hommage à un certain cinéma de genre, The Nice Guys est une surprise en ce milieu de printemps cinématogaphique. Pour ses références à d'autres films, sa décontraction subtile et son mélange adroit de joutes psychologiques et de scènes d'action magnifiquement chorégraphiées. Du bon temps assuré.

Cinéfilic
60%
Sami Gnaba
Cote: 3 étoiles

Si la chimie entre les interprètes principaux opère à merveille et que l'ensemble ne manque pas de charme (décor vintage, trame sonore délectable, acteurs fabuleux...) ou de personnalité, il reste qu'une frustration nous gagne au fur et à mesure que le film se perd dans des divagations tantôt hilarantes, tantôt laborieuses...

Agence QMI
70%
Isabelle Hontebeyrie
Cote: 3,5 sur 5

Et, si quelques petites longueurs se font sentir (elles sont dues à des scènes qu'on imagine sans peine être le fruit de l'improvisation de Crowe et Gosling), cela ne nuit en rien au plaisir que l'on prend devant le grand écran.

La Presse
70%
Sonia Sarfati
Cote: 3,5 étoiles

Grâce à son scénario pyrotechnique et sans temps morts en guise de moteur, The Nice Guys offre un voyage dans le temps au coeur du L.A. des seventies dont on (re)visite les lieux et les moeurs, où les filles sexy s'ébattent dans des fêtes bien arrosées/poudrées, où le disco mène le bal, où les couleurs explosent sur les murs et les vêtements.

Cinémaniak.net
60%
. Cinémaniak
Cote: 3 coeurs

The Nice Guys une comédie d'action qui pourra ravir le grand public mais laissera sur sa faim les spectateurs les plus exigeants.

Cinema Blend
100%
Eric Eisenberg
Cote: 5 étoiles

From the movie's opening shot taking the audience up and over the dilapidated Hollywood sign, Black ensconces you in his noir world, and you really don't ever want to let it go.

Rogerebert.com
Brian Tallerico

Unlike most comedies in recent memory, I'd gladly watch another adventure with these three characters front and center. Maybe they'll finally catch a break. 

Entertainment Weekly
Chris Nashawaty
Cote: B

Dudes. Gosling and Crowe have a surprisingly fizzy, ferret-and-bull chemistry, and the hedonistic Me Decade setting is groovy. Gosling wears a parade of leisure suits, while Crowe's paunch tests his Hawaiian shirt's buttons. But the one-liners and shoot-outs feel a bit threadbare, handed down from older, better Shane Black movies.

Variety
Owen Gleiberman

Then again, what's fun about The Nice Guys is that its casually remorseless hostility, reflected in everything from the drop-dead wisecracks to the slapstick cruelty of its violence, expresses nothing so much as the spirit of today. 

The Hollywood Reporter
Todd McCarthy

For about the first six minutes of The Nice Guys, it looks as though Shane Black, Joel Silver and Warner Bros. have managed to recapture the rudely funny brashness of the Lethal Weapon series and Kiss Kiss, Bang Bang. And then for the next increasingly punishing and repetitious 110 minutes, it becomes all too evident that they have not. 

Joblo.com
90%
Chris Bumbray
Cote: 9/10

You're unlikely to have this much fun at anything else this summer, and while it may struggle against more typical fare at the box office, hopefully great word-of-mouth will give it some momentum.

Site conçu et développé par Logo Libéo
Représentation publicitaire par Logo Moviefone
© 2016 Média Happy Geeks inc. Tous droits réservés.