Affiche du film  Le monde de Barney
© Les Films Séville

Le monde de Barney

Version en français
v.o.a. : Barney's Version
23 décembre 2010

J'ai toujours raison

Photo Par Karl Filion

Un rôle comme celui du personnage principal de Barney's Version, c'est un cadeau rare pour un comédien, et il vaudra certainement à Paul Giamatti de nombreux éloges dans cette saison des récompenses qui s'amorce. Des éloges mérités, tant le Barney qu'il propose est un être complexe et profondément humain. Barney est ce type de personne qui a toujours raison - si ce n'est pas aujourd'hui ce sera demain - un être facilement méprisable parce que bourré de défauts (il est alcoolique, misogyne, infidèle); il est aussi un homme d'une grande intelligence, d'une grande honnêteté sentimentale, capable d'une grande passion. Ce sont ces personnages-là qui font certains des meilleurs héros de cinéma.

Atteint depuis peu par les symptômes d'une grave maladie, Barney Panofsky, un Juif montréalais, producteur d'une émission de télévision et célibataire depuis peu, se remémore les femmes qui ont marqué sa vie. Marié une première fois en Italie, il se marie à nouveau avec une femme de bonne famille à son retour à Montréal. C'est le soir de ses noces qu'il fait la rencontre de Miriam, une animatrice de radio new-yorkaise qu'il épousera lors de son troisième mariage.

Réglons d'abord le cas du scénario, trop simple, de cette adaptation cinématographique d'un roman de Mordecai Richler : ne sachant éviter quelques clichés et quelques évidences, le récit de Barney's Version demeure la chronique romancée de la vie d'un homme. C'est relativement anecdotique même si on se reconnait aisément dans ses mésaventures. Pas tant par les gestes qu'il pose, mais par ses intentions et ses maladresses. C'est la qualité de cet homme qui fait la qualité du film, certainement pas ses prouesses narratives. Même constat niveau réalisation : la simplicité prévaut et c'est le personnage qui prend toute la place. Heureusement, dans ce cas-ci, il est en mesure de le faire.

L'intelligence du personnage (sa manière de se défendre contre le nouveau courtisan de sa femme, par exemple) ajoute un peu d'humour à l'histoire tragique de Barney Panofsky. Pourtant, on s'amuse autant que l'on s'émeut. Homme intransigeant, sûr de lui, doté d'un fort sens de la répartie, ce sont pourtant les femmes qui le définissent, lui qui leur porte un amour sincère qui est à chaque fois détruit par une trahison. D'homme perdu qu'il est avec ses deux premières femmes - il ressent le besoin de prendre ses responsabilités quitte à faire le sacrifice de lui-même - il ne vit une véritable histoire d'amour qu'avec Miriam, qui sera celle qui le comprendra le mieux. Pour leur bénéfice mutuel, d'ailleurs, dans une histoire d'amour crédible et mature.

Bien peu de films sont à la fois offensants et émouvants comme l'est Barney's Version. Il serait même relativement facile de s'indigner des gestes de Barney, mais parce qu'il est défendu par un acteur qui parvient à la rendre attachant et crédible, on se prend de pitié pour lui. Ce qui pourrait passer pour une misogynie ordinaire est en fait la conséquence humaine des expériences de vie de Barney.

Cinématographiquement parlant, Barney's Version est un film inoffensif. Mais humainement parlant, il recèle d'émouvantes traces d'une humilité qui, plutôt que d'embellir, accepte les tares humaines et qui essaie de les apprivoiser. Cela ne se fait pas sans heurts, mais c'est, plus souvent qu'autrement du moins, très intéressant.

Partager sur : Twitter Facebook
Photo Karl Filion

Mes dernières critiques

Alexandre et sa journée épouvantablement terrible, horrible et affreuse
Le juge
Les apparences
Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire
2 temps 3 mouvements
Qu'est-ce qu'on fait ici?
L'épreuve : Le labyrinthe
Aimer, boire et chanter
Site conçu et développé par Logo Libéo
Représentation publicitaire par Logo Moviefone
© 2016 Média Happy Geeks inc. Tous droits réservés.