Le magasin des suicides

Version originale en français
Le film ne peut être vu que par des personnes de 13 ans et plus. Les enfants de moins de 13 ans peuvent y avoir accès s'ils sont accompagnés par un adulte.
Film Québécois

Durée

1h19

Genre

Animation

Origine

  • France
  • Québec
  • Belgique

Date de sortie au Québec

19 octobre 2012

Date de sortie du DVD

12 mars 2013

Synopsis

La maison Tuvache s'est spécialisée dans un commerce assez inhabituel, celui du suicide. On y trouve de tout pour réussir sa mort : poisons, pistolets, cordes, sabres, etc. L'entreprise est florissante et les affaires sont bonnes pour Mishima, Lucrèce et leurs deux enfants, Matilyn et Vincent. En fait, tout va bien, jusqu'à ce que naisse le petit Alan, un bébé à la bonne humeur imperturbable. Quelques années plus tard, Alan a grandi, et sa bonne humeur ne pâlit pas, ce qui couvre sa famille de honte et qui pourrait bien nuire aux affaires...

Synopsis © Cinoche.com

Réalisateur

Studio de production

  • Caramel Films
  • Diabolo Films
  • ARP Sélection
  • Entre Chien et Loup
  • Kaibou Productions
  • La Petite Reine

Distributeur au Québec

  • Les Films Séville
Horaire cinéma

Ce film n'est pas à l'affiche.

Revues de presse
Médiafilm
45%
Médiafilm
Cote: 5 (Moyen)

En adaptant librement un roman pétri d'humour noir de Jean Teulé, Patrice Leconte a concocté un film moralisateur, où l'humour se fait tour à tour macabre et trop gentillet.

Voir
50%
Manon Dumais
Cote: 2,5 étoiles

Film à voir et à revoir pour sa multitude de petits détails, Le magasin des suicides possède le charme suranné des livres d'enfance avec ses gracieux coups de crayon qui évoquent également l'univers de Sylvain Chomet.

Le Soleil
50%
Normand Provencher
Cote: 2,5 étoiles

Cette première incursion de Patrice Leconte dans l'animation laisse mi-figue, mi-raisin.

La Presse
60%
Marc-André Lussier
Cote: 3 étoiles

Le magasin des suicides se distingue par la qualité des dessins. Cela dit, le spectateur aura parfois le sentiment que le film cherche un peu son identité, dans la mesure où, même si l'approche est pour le moins originale, force est de constater qu'elle évoque aussi d'autres univers, particulièrement celui de Tim Burton.

Libération
Véronique Le Bris

En adaptant le plus gros succès littéraire de Jean Teulé (et en positivant la fin), Patrice Leconte fait une entrée remarquée dans l'univers de l'animation. Son humour décalé, son exigence de mise en scène y font merveille et trouvent une place improbable entre Tim Burton et Sylvain Chomet.

Télérama
Cécile Mury

Quelque part entre l'univers rétro-biscornu d'un Sylvain Chomet, période Triplettes de Belleville, et la folie funèbre d'un Tim Burton, ce drôle de dessin animé brumeux et nocturne tente de trouver sa propre identité, en multipliant les pistes visuelles et narratives.

Le Parisien
33%
Pierre Vavasseur
Cote: 1 étoile

Le spectateur hésite, lui, devant ce film déroutant, entre l'envie de revoir Les Bronzés ou Les vécés étaient fermés de l'intérieur, du même Leconte, histoire de vraiment retrouver le sourire.

Le Nouvel Obs
67%
Sophie Grassin
Cote: 2 coeurs

Comédie macabre, adaptée d'un roman de Jean Teulé et peuplée de numéros chantés, Le Magasin des suicides impose son esthétisme burtonien, son côté « petite boutique des horreurs » et son mauvais esprit patenté.

L'Express
60%
Julien Welter
Cote: 3 étoiles

Passé la mise en place de ce petit monde, qui ne vit que pour la mort, ce film d'animation signé Patrice Leconte peine à renouveler les enjeux ou à sortir de la voie qu'il a tracée. Même si la fable contient de beaux moments, le tout est donc sans aspérités. Et, non, la 3D n'y change rien.

Le Monde
60%
Thomas Sotinel
Cote: Pourquoi pas

Plus le film avance, plus il rosit, ce qui n'est pas forcément le signe d'une bonne santé, d'ailleurs l'hémorragie de sang d'encre finit par anémier un film qui reste quand même un objet d'étonnement et - par moments - d'admiration.

Site conçu et développé par Logo Libéo
Représentation publicitaire par Logo Moviefone
© 2016 Média Happy Geeks inc. Tous droits réservés.