Le démon de néon

Version en français
v.o.a. : The Neon Demon
v.o.a.s.-t.f. : Le démon de néon
Le film ne peut être vu que par des personnes de 16 ans et plus.

Durée

1h58

Genre

Horreur

Origine

  • France
  • États-Unis
  • Danemark

Date de sortie au Québec

24 juin 2016

Date de sortie du DVD

27 septembre 2016

Synopsis

Jesse déménage à Los Angeles pour tenter sa chance comme mannequin dans l'industrie de la mode. Jeune, jolie, naïve et sans plan B, elle devient amie avec la maquilleuse Ruby qui lui présente plusieurs femmes qui cherchent à évoluer dans ce domaine extrêmement compétitif. Au fil des rencontres, Jesse est signée par une agence et ses contrats font l'envie de ses semblables. Peut-être gagnera-t-elle bientôt suffisamment d'argent pour déménager de son motel délabré et officialiser sa relation avec un jeune photographe. Pour y arriver, elle devra apprendre à mettre ses inhibitions de côté.

Synopsis © Cinoche.com

Réalisateur

Studio de production

  • Space Rocket Nation
  • Vendian Entertainment
  • Bold Films

Distributeur au Québec

  • Les Films Séville
Horaire cinéma

Ce film n'est pas à l'affiche.

Revues de presse
Médiafilm
45%
Martin Bilodeau
Cote: (5) Moyen

Le résultat, beau mais sans âme, est à l'occasion risible, par la faute d'un scénario minimaliste (un choix défendable au demeurant), dépourvu d'un vrai pouvoir d'évocation, et dont le dernier acte, propulsé par un retournement inattendu, semble totalement superflu. Au sein d'une distribution dans la retenue et presque fantomatique, la solide et atypique Jena Malone est la seule à défendre un vrai personnage.

Cinémaniak.net
15%
. Cinémaniak
Cote: 1,5 étoile

Quant à la dimension horrifique du long-métrage, elle tombe comme un cheveu sur la soupe dans le dernier tiers du film. Ne préparant pas son spectateur aux scènes choc de la fin, Winding Refn cherche la subversion et ne trouve que la parodie.

Le Soleil
50%
Éric Moreault
Cote: 2,5 étoiles

Le réalisateur danois manie l'art de la provocation avec délectation - il en a choqué plusieurs en raison de certaines scènes très crues. Mais son film sur notre obsession pour la beauté et la superficialité qui l'entoure est à l'image de son sujet : d'une vacuité sidérante.

Ton Canapé
50%
Michael Charron
Cote: 5/10

Au final, malgré la beauté incontestable des images, The Neon Demon est une amère déception. Au potentiel incroyable, il est dommage de voir Nicolas Winding Refn proposer tant d'éléments prometteurs tout en n'effleurant uniquement que la surface de ceux-ci.

Agence QMI
60%
Isabelle Hontebeyrie
Cote: 3 sur 5

Ce culte outrancier à la beauté - un dialogue sur l'utilité de la chirurgie esthétique illustre brillamment ce point - est le signe indéniable d'une société malade, ce que prouve parfaitement bien, malgré quelques moments de symbolisme un peu lourd, ce cinéaste inclassable.

Séquences
70%
Élie Castiel
Cote: 3,5 étoiles

Paradoxalement, il y a, chez l'iconoclaste Nicolas Winding Refn (Drive, Only God Forgives…), quelque chose de morbide, de sinistre, voire même de suicidaire. Comme si le cinéma, la caméra, le plan et le cadre devenaient des sources d'inspiration impulsives. 

Cinéfilic
80%
Jean-Marie Lanlo
Cote: 4 étoiles

Nos impressions sont confirmées par la réception cannoise: le film divisera fortement. Il serait pourtant dommage de passer à côté de la chance de se laisser envahir par la terrifiante beauté de The Neon Demon.

La Presse
70%
Sonia Sarfati
Cote: 3,5 étoiles

Ce diable de Nicolas Winding Refn nous refait le coup. Comme pour Drive, The Neon Demon (son nouveau film reparti bredouille de la récente compétition cannoise) nous en met plein la vue. Tellement que ça déborde. Amateurs d'esthétique flamboyante, d'horreur chic, de trash pervers, de valse morbide, accrochez-vous : c'est une orgie du genre.

Rogerebert.com
50%
Simon Abrams
Cote: 2 1/2 étoiles

As a result, The Neon Demon is often productively brash, even if it is ultimately more preposterous than it is satisfying.

Rolling Stone
30%
Peter Travers
Cote: 1 1/2 étoiles

It's Elle Fanning vs. Hollywood predators in Nicolas Winding Refn's D.O.A. take on Hell-Ay.

Libération
Elisabeth Franck-Dumas

Refn (...) se retrouve figé dans la position du cinglé moraliste en complet de laine, qui se contemple éructer son catéchisme depuis le fond d’un aquarium de miroirs.

Site conçu et développé par Logo Libéo
Représentation publicitaire par Logo Moviefone
© 2016 Média Happy Geeks inc. Tous droits réservés.