Affiche du film  La veille du nouvel an
© Warner Bros. Canada

La veille du nouvel an

Version en français
v.o.a. : New Year's Eve
9 décembre 2011

Bonne année!

Photo Par Elizabeth Lepage-Boily

Très honnêtement, je croyais - en toute naïveté - que Garry Marshall avait atteint le paroxysme du « quétaine » et de l'ineptie avec Valentine's Day mais, comme Hollywood est capable du meilleur et - surtout - du pire, le pauvre réalisateur de Pretty Woman est parvenu à descendre plus bas que je ne l'aurais cru, même dans mes cauchemars les plus effrayants. Les histoires qui sont développées dans ce long métrage dépourvu de structure et de pertinence auraient certainement pu être imaginées par des enfants du primaire. Un homme mesquin qui meurt au chevet d'une infirmière magnanime, le fameux baiser d'une adolescente de quinze ans à minuit le 31 décembre, l'exécution insensée de résolutions qui le sont tout autant (tout de même le récit le moins ennuyant) et la course pour l'obtention du premier bébé de l'année sont quelques-unes des idées banales inventées par la scénariste Katherine Fugate, dont on doute rapidement de la rigueur (on lui doit également les textes de The Prince and Me et, évidemment, de Valentine's Day).

Les morales qui parsèment la production manquent, elles aussi, de personnalité. Lorsqu'on nous rabâche encore des poncifs comme « rien n'est impossible », « écoute ton coeur » et « l'amour a raison de tout », on peut, sans hésitation, se demander si l'auteur ne prend pas plaisir à se moquer de l'intelligence de son public. Si au moins une des histoires s'était conclue par une finale plus morose (et je ne parle pas ici de la mort d'un cancéreux condamné, mais bien d'un événement imprévisible qui aurait changé le ton de l'oeuvre), peut-être que le goût amer que nous laisse le film serait moins persistant.

La réalisation va dans le même sens que le scénario; des plans froids, un montage classique et fastidieux ainsi que des images qui, au lieu d'être spectaculaires (comme devrait l'être l'atmosphère de la veille du Jour de l'an), s'avèrent ternes, insipides.

Peut-être me trouverez-vous sévère et injuste de juger si durement les artistes et artisans de ce long métrage - que l'on qualifiera à tout vent de simple « divertissement » et on banalisera son impact pour cette raison -, mais les acteurs de renom associés à ce film n'ont pas d'excuse valable - mis à part l'argent, bien sûr - pour appuyer tant d'insignifiances. Sarah Jessica Parker, Michelle Pfeiffer, Katherine Heigl, Ashton Kutcher et encore moins Robert De Niro ne sont pas obligés d'accepter tous les rôles qu'on leur offre pour combler les fins de mois et payer le loyer. Est-ce donc le « trip de gang » qui les allume? Les quelques jours de tournage? Le cinéaste reconnu? La facilité? Franchement, nous sommes en droit de nous questionner. Nous n'obtiendrons pas de réponse, mais au moins, on évacue partiellement la tension face à tant d'absurdités.

New Year's Eve est une comédie qui se veut légère et rafraichissante, mais qui, en s'efforçant trop fort de l'être, devient vite froide et indigeste. Valentine's Day avait au moins la volonté de flirter avec un tant soit peu d'originalité et d'humour, sa suite ne semble même pas chercher à être drôle ou inédite en respectant un carcan bien déterminé par le premier film et les quelques 216 millions $ qu'il a récoltés dans le monde. Vous passerez très certainement une meilleure année 2012 si la précédente ne se termine pas avec tant des divertissements aussi peu convaincants que celui-ci.

Partager sur : Twitter Facebook
Photo Elizabeth Lepage-Boily

Mes dernières critiques

Site conçu et développé par Logo Libéo
Représentation publicitaire par Logo Moviefone
© 2016 Média Happy Geeks inc. Tous droits réservés.