La reine-garçon

Version en français
v.o.a. : The Girl King
v.o.a.s.-t.f. : La reine-garçon
Le film peut être vu sans risque par des personnes de tout âge.

Durée

1h46

Genre

Drame historique

Origine

  • Canada
  • Finlande
  • Allemagne
  • Suède
  • France

Date de sortie au Québec

2 septembre 2016

Date de sortie du DVD

13 décembre 2016

Synopsis

Élevé dans la plus pure et stricte tradition luthérienne, Kristine rencontre bien des obstacles à vouloir faire de la Suède un pays moderne et en paix. Alors que la guerre de Trente Ans opposant les catholiques et les protestants se poursuit, la reine est éduquée non comme une dame, mais comme le souverain qu'on espérait. À l'aube de ses 18 ans, elle fera la connaissance de la comtesse Ebba Sparre dont elle s'éprendra. Cette passion et le climat politique n'étant pas compatible mèneront la reine Kristine à prendre une décision qui changera à jamais le cours de l'Histoire et le visage de la Suède.

Synopsis © Cinoche.com

Réalisateur

Scénaristes

Studio de production

  • Marianna Films
  • Triptych Media
  • Galafilm Productions
  • Starhaus Filmproduktion
  • Anagram

Distributeur au Québec

  • K-Films Amérique
Horaire cinéma

Ce film n'est pas à l'affiche.

Revues de presse
Médiafilm
50%
Jean Beaulieu
Cote: 2,5 étoiles

Malgré les affres de la coproduction, on peut rêver de ce qu'un Peter Greenaway ou un Ken Russell, dans leurs belles années, aurait pu tirer d'un tel matériau. À son crédit, Kaurismäki signe une mise en scène énergique, teinté de son savoir-faire technique et de ses talents de conteur, mais la facture finale, musique tonitruante à l'appui, se situe plutôt dans la lignée des miniséries ou feuilletons de luxe.

Médiafilm
60%
Jean Beaulieu
Cote: (4) Bon

S'il prend parfois des allures de téléfilm de luxe, The Girl King est servi par une mise en scène énergique, une reconstitution historique crédible et des paysages hivernaux admirablement photographiés. Malin Buska campe avec aplomb et émotion l'héroïne hors-norme.

Agence QMI
60%
Isabelle Hontebeyrie
Cote: 3 sur 5

Sarah Gadon, tout comme François Arnaud ou Hippolyte Girardot (qui incarne l'ambassadeur de France à la cour) s'en tirent honorablement compte tenu des dialogues un peu trop théâtraux.

La Presse
60%
Marc-André Lussier
Cote: 3 étoiles

Il est quand même dommage que la réalisation un peu trop sage de Kaurismäki ne traduise pas bien le caractère exceptionnel du personnage. Une approche plus «luthérienne» à la Bergman, ou plus baroque à la Chéreau, aurait sans doute été plus indiquée. Tout sauf du tiède. À cause de son aspect un peu trop lisse, ce film aura du mal à marquer les esprits.

Site conçu et développé par Logo Libéo
Représentation publicitaire par Logo Moviefone
© 2016 Média Happy Geeks inc. Tous droits réservés.