J'ai serré la main du diable

Version en français
v.o.a. : Shake Hands with the Devil
v.o.a.s.-t.f. : Shake Hands With the Devil
27 septembre 2007

Homo Faber

Photo Par Karl Filion
Roy Dupuis est le diamant brut d'une oeuvre forte qui évite la plupart des pièges pour présenter une vision de l'histoire très exclusive mais très inspirante. Un film biographique modeste et responsable, conscient de son pouvoir et qui se concentre - grand bien lui fait! - sur son personnage principal.

En 1994, au Rwanda, le Général Roméo Dallaire dirige une mission des Nations Unies chargée de maintenir une paix précoce dans le pays. Mais à la suite de la mort du Président, les esprits s'échauffent et pendant que des massacres ont lieu dans tout le pays, le Général tente désespérément de rallier la communauté internationale à sa cause.

Dans le portrait qu'il fait de son personnage principal, le film dépeint un homme de peu de mots, d'une force intérieure surprenante et déterminé à accomplir sa mission, qu'il perçoit comme un devoir. Les Rwandais, à qui il tend symboliquement la main plusieurs fois, ne sont pas le sujet principal de l'histoire, et le génocide est ce qui, dans un film qui ne s'inspirerait pas de la réalité, forcerait l'action du personnage. Ici, il était inévitable.

Le piège le plus impitoyable qui menaçait J'ai serré la main du diable était la surdramatisation, ce même mal qui a complètement torpillé Un dimanche à Kigali l'an dernier. Un génocide est déjà un drame, et pour illustrer l'impuissance du Général et le grand nombre de morts, le ton impersonnel que choisit le film de Roger Spottiswoode (Le sixième jour, Demain ne meurt jamais) est bien plus efficace qu'une représentation braillarde de drames individuels. J'ai serré la main du diable est un film viril, pragmatique et tourné vers l'avenir, où abandonner n'est pas une option et où on n'a pas le temps de pleurer les morts. Spottiswoode n'est pas un grand réalisateur, il a pourtant trouvé de troublants euphémismes pour exprimer toute la difficulté de la situation. Il a su utiliser la force des images pour créer émotion et tension, avec humilité et une belle compréhension de ce qui fait le héros de cinéma : l'intégrité et l'effort.

Un film responsable puisque, plusieurs fois - lorsque le Général Dallaire décharge son fusil pour « ne pas faire quelque chose d'idiot », ou quand il tend la main à un rebelle qui veut le tuer - il rappelle que la paix passe par la paix et que la violence n'est même pas une solution parmi d'autres. J'ai serré la main du diable n'est pas convetionnel, il est pragmatique; la gêne avec laquelle les événements historiques sont présentés prouve une fois de plus que le sujet est difficile à aborder, mais le film a au moins le mérite de ne pas soutirer un vulgaire capital de sympathie sur le dos, les bras et les jambes arrachés des victimes.

Il faut profiter des nombreuses qualités de J'ai serré la main du diable; non seulement pour le sérieux avec lequel il traite l'histoire, mais aussi pour la puissance de l'interprétation de Roy Dupuis, hanté par son personnage. Il ne faudrait cependant pas confondre cinéma et réalité, les coins sont escamotés et les motivations rarement très claires dans le film, et il n'est surtout pas question de bons ou de méchants dans ce long métrage qui fait plutôt - et de belle façon - l'éloge d'un homme qui relève un grand défi et qui a quand même l'impression d'avoir échoué. Elle est là la leçon.
Partager sur : Twitter Facebook
Photo Karl Filion

Mes dernières critiques

Alexandre et sa journée épouvantablement terrible, horrible et affreuse
Le juge
Les apparences
Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire
2 temps 3 mouvements
Qu'est-ce qu'on fait ici?
L'épreuve : Le labyrinthe
Aimer, boire et chanter
Site conçu et développé par Logo Libéo
Représentation publicitaire par Logo Moviefone
© 2016 Média Happy Geeks inc. Tous droits réservés.