entrevue
Mercredi 20 août 2014 à 16h01

Stéphane Lafleur parle de Tu dors Nicole

Photo Par Karl Filion
Une scène de Tu dors Nicole

Le réalisateur et musicien Stéphane Lafleur présente ce vendredi son troisième long-métrage, après Continental, un film sans fusil et En terrains connus. Intitulé Tu dors Nicole, le film, dont il signe aussi le scénario, raconte l'été d'une jeune femme de 22 ans, Nicole, qui passe sont temps dans la maison de ses parents tandis que ceux-ci sont partis en vacances. Son été monotone change une fois que son frère et son band s'installent dans la maison pour enregistrer.

Julianne Côté incarne Nicole tandis que Catherine St-Laurent joue sa meilleure amie Véronique. Marc-André Grondin, Francis La Haye, Simon Larouche forment le band.

« Des trois films que j'ai faits, celui-là est le plus proche du scénario, précise le réalisateur. Les autres ont connu plus de transformations. Il y a beaucoup de choses qui sont du travail de manipulation. »

C'est une question d'expérience? « L'expérience qui rentre, c'est celle de scénariste. Ça m'avait étonné quand j'avais vu le scénario et le résultat final de Continental, par exemple, avec tout ce qu'on avait jeté. On avait perdu combien de jours à tourner des scènes que je n'ai même pas utilisées? Est-ce qu'il y aurait moyen de prévoir ça? Comme n'importe quel métier, plus tu le pratiques, meilleur tu es. »

Qu'est-ce que cela signifie, une fois sur le plateau? « La grande qualité d'un réalisateur c'est de bien s'entourer. L'autre aspect du travail, c'est de bien communiquer ce que tu veux faire, et d'arriver à ce que tout le monde fasse le même film. Comme je travaille souvent avec les mêmes personnes, ça devient un travail de troupe qui évolue avec le temps. »

« Par exemple, je n'ai pas imaginé le film en noir et blanc, c'est venu à cause de Sara Mishara, la directrice photo. Elle savait sur quoi je travaillais, elle m'est arrivée avec un plusieurs livres de photos dont un était en noir et blanc. L'idée de tourner en noir et blanc est venue là. »

Il y a beaucoup d'humour, dans le film. « L'humour c'est quelque chose de très important dans mes films, mais ce n'est pas nécessairement le but premier. »

« Le but, c'était de capter un esprit du début de la vingtaine, sans prétendre faire un portrait du début de la vingtaine en 2014. Ça aurait été très prétentieux de ma part, parce que je n'ai aucune idée ce qui se passe. Je suis un peu dépassé par ça, mais je sentais qu'il y avait des dénominateurs communs, peu importe quand tu as eu 20 ans. Le noir et blanc permettait de faire un truc intemporel, et aussi d'appuyer le côté rêveur de Nicole, son insomnie, créer une espèce de bulle autour de ça. »

Les acteurs doivent s'inscrire dans cette idée. « Au début, je pensais faire un casting de non-professionnels. Donc je cherchais des musiciens capables de jouer des rôles. On a vu une centaine de filles. Des filles avec de l'expérience, et d'autres qui n'en avaient pas du tout. Je me suis rendu compte que, pour le genre de cinéma que je fais, qui est très précis, ça demande de l'expérience, une connaissance du jeu, du rythme. C'est un métier être acteur. »

Stéphane Lafleur est lui-même musicien, au sein du groupe Avec pas d'casque. « L'idée de mettre un band dans le film, un band qui est en processus d'enregistrement, c'est sûr que c'est vaguement inspiré de choses que j'ai vécues, même si le film n'est vraiment pas autobiographique. J'aimais l'idée de la présence d'un band, de ces instruments dans ce décor-là d'adultes très propret, très rangé. »

Et Lafleur est aussi un monteur d'expérience. « Je ne monte pas mes films. Je suis là quand même, mais il y a quelqu'un à côté de moi qui n'est pas lié émotivement aux images, qui peut me dire si un plan, un mouvement de caméra, est pas intéressant pour le film pour telle ou telle raison. Un recul que je n'ai pas nécessairement parce que ça fait un an et demi que je travaille sur le scénario, que j'ai passé x jours à le tourner et que je ne suis plus capable d'en entendre parler. »

« Chaque étape devrait bonifier la précédente. Tes rushs devraient être meilleurs que ton scénario, et ton montage meilleur que ton tournage, et le résultat final meilleur que ton montage. »

Tu dors Nicole prend l'affiche ce vendredi à Montréal, puis prendra l'affiche le 29 août à travers le Québec.

Partager sur : Twitter Facebook
Actualités reliées
CRITIQUE OFFICIELLE CINOCHE.COM (Mardi 19 août 2014 à 14h58) La séduisante absurdité du quotidien
TAPIS ROUGE (Mardi 19 août 2014 à 00h09) Première de Tu dors Nicole
ACTUALITÉ (Mardi 22 avril 2014 à 10h20) Cannes 2014 : Tu dors Nicole à la Quinzaine des réalisateurs
DOSSIER (Jeudi 8 août 2013 à 15h59) Visite de plateau : Tu dors Nicole
Site conçu et développé par Logo Libéo
Représentation publicitaire par Logo Moviefone
© 2016 Média Happy Geeks inc. Tous droits réservés.