actualité
Vendredi 22 mai 2009 à 05h00

Nouveautés : Terminator et Une nuit au musée

Photo Par Karl Filion
Amy Adams et Ben Stiller dans Une nuit au musée : La bataille du Smithsonian

Voici les nouveautés de la semaine :

Terminator Salvation (Terminator Rédemption) - États-Unis - 115 min.

Réalisé par McG. Avec Christian Bale, Sam Worthington.

2018. La planète a été complètement dévastée à la suite de la rébellion des machines, survenue quelques années plus tôt. Les humains, assiégés, regroupés en cellules de résistants, se battent sans relâche pour vaincre un ennemi dont les avancées technologiques ne cessent de croître. Parmi ces résistants: John Connor, en qui plusieurs voient un libérateur. Ce dernier apprend de Marcus, un Terminator hybride, que l'adolescent Kyle Reese, qui deviendra plus tard le père de Connor au détour d'un voyage dans le passé, a été capturé par les machines. Désobéissant aux ordres, John entreprend d'aller libérer Kyle et ainsi garantir sa propre naissance.

Night a the Museum 2 : The Battle of the Smithsonian (Une nuit au musée : La bataille du Smithsonian) - États-Unis - 105 min.

Réalisé par Shawn Levy. Avec Ben Stiller, Amy Adams.

Prenant le virage numérique, la direction du Musée d'histoire naturelle de New York décide de remiser la quasi totalité des figurines de l'établissement dans les archives nationales du Smithsonian de Washington. Mal lui en prend car la plaque hiéroglyphée, qui permet aux gladiateurs, cowboys, Indiens et animaux de s'animer durant la nuit, est aussi du voyage. Apprenant la nouvelle, Larry Daley, l'ex-gardien de nuit du musée devenu homme d'affaires prospère, fait le voyage afin d'empêcher que les «créatures» du Smithsonian ne s'animent à leur tour et n'entrent en conflit avec ses anciens protégés. C'est pourtant ce qui se produit. Avec l'aide de l'aviatrice Amelia Earheart et d'Abraham Lincoln, Larry tente ainsi d'empêcher Napoléon, Al Capone et Ivan le Terrible de redonner vie à l'armée d'un pharaon despotique.

The Limits of Control (Les limites du contrôle) - États-Unis - 115 min.

À Montréal seulement.

Réalisé par Jim Jarmusch. Avec Isaach de Bankolé, Paz de la Huerta.

Un individu solitaire et laconique, vêtu d'un complet bleu acier, croise divers hommes et femmes au fil d'un périple en avion, en train et en automobile à travers l'Espagne. Le protocole est invariable: à la terrasse d'un café où il commande deux espresso, il est approché par une personne qui, après avoir prononcé un mot de passe, lui livre un court exposé sur un thème précis. L'individu et son interlocuteur s'échangent ensuite des boîtes d'allumettes contenant des informations codées. Muni de ces données, et de certains indices glanés dans un musée, le voyageur solitaire, de rencontre en rencontre, se rapproche progressivement de l'endroit où il devra remplir son énigmatique mission.

Plus tard tu comprendras - France - 88 min.

Réalisé par Amos Gitaï. Avec Hippolyte Girardot, Jeanne Moreau.

Paris, 1987. À la télé et à la radio, les gens suivent en direct le procès du criminel de guerre nazi Klaus Barbie, surnommé le Boucher de Lyon. Dans son appartement, Rivka, une dame âgée, écoute les compte-rendus, troublée. Depuis son bureau, son fils Victor, absorbé par l'étude de vieux documents familiaux, leur prête quant à lui une oreille distraite. Et pour cause: il vient de s'apercevoir que sa mère lui a caché certains événements survenus sous l'Occupation, notamment les circonstances ayant entouré la déportation de ses propres parents, Juifs originaires de Russie. Conciliante, Françoise, l'épouse de Victor, épaule ce dernier dans sa quête de vérité tandis que Tania, sa soeur aînée, se montre plus réticente à l'idée de remuer le passé.

Il Divo - Italie, France - 110 min.

À Montréal seulement.

Réalisé par Paolo Sorrentino. Avec Toni Servillo, Anna Bonaiuto.

En 1990 et à l'aube de ses 70 ans, Giulio Andreotti, membre du Parti démocrate-chrétien, dirige le Conseil du Parlement italien pour un septième mandat depuis le début de sa carrière en 1946. Derrière une façade imperturbable, Andreotti, en proie à d'intenses migraines, est hanté par le souvenir de ses confrères et amis assassinés, dont l'ancien premier ministre Aldo Moro. Bien que réputé pour sa pugnacité et son habileté à manipuler le pouvoir, Andreotti perd peu à peu le contrôle de la situation lorsque le juge Giovanni Falcone, déterminé à neutraliser la mafia, est tué et que lui-même subit une humiliante défaite électorale. Peu après, l'arrestation de plusieurs chefs de la pègre révèle que ceux-ci entretenaient des liens étroits avec le Vatican et le gouvernement. Éclaboussé, Andreotti doit faire face à la justice.

Dance Flick (Dance Flick : Les fous de la danse) - États-Unis - 83 min.

Réalisé par Damien Dante Wayans. Avec Damon Wayans Jr., Shoshana Bush.

Un danseur de rues afro-américain, qui fréquente des voyous et petits criminels, fait équipe avec une jeune et riche danseuse de race blanche à l'occasion d'une importante compétition.

Je veux voir - Liban, France - 75 min.

Réalisé par Joana Hadjithomas et Khalil Joreige. Avec Catherine Deneuve, Rabih Mroué.

De passage à Beyrouth à l'automne 2006 à l'occasion d'un gala, l'actrice française Catherine Deneuve déclare à sa garde rapprochée: «Je veux voir». Voir quoi? Les marques et les cicatrices laissées par la récente offensive de l'armée israélienne sur la capitale libanaise, où elle tentait de débusquer les leaders du Hezbollah. Avec pour guide Rabih Mroué, une star du cinéma local, Deneuve visite la ville, puis descend avec lui vers le Sud, pour voir ce qui reste du village où il a grandi. Au fil du trajet d'à peine quelques heures, une amitié naît entre les deux acteurs, sous le regard des caméras qui les suivent sans relâche.

Rudo y Cursi - Mexique, États-Unis - 103 min.

À Montréal et en anglais seulement.

Réalisé par Carlos Cuaron. Avec Gael Garcia Bernal, Diego Luna.

Dans un petit village du sud du Mexique, les demi-frères Beto et Tato partagent leur temps entre la plantation de bananes, où ils gagnent de quoi faire vivre leur famille élargie, et le terrain de soccer, où ils excellent sous les pseudonymes de Rudo («coriace») et Cursi («bébête»). Batuta, un recruteur aux méthodes douteuses, les invite à Mexico, où ils joignent les rangs d'équipes rivales. Du jour au lendemain, les deux athlètes connaissent la gloire et la richesse. Bien qu'ils rêvent de construire pour leur mère une maison sur la plage, Beto dilapide sa fortune au jeu et Tato se laisse prendre à son rêve de devenir chanteur. Peu à peu, leur existence dorée vire au cauchemar.

Les résumés proviennent de Médiafilm.

Partager sur : Twitter Facebook
Site conçu et développé par Logo Libéo
Représentation publicitaire par Logo Moviefone
© 2016 Média Happy Geeks inc. Tous droits réservés.