actualité
Vendredi 14 juillet 2006 à 04h00

Nouveautés : Owen Wilson emménage chez Kate Hudson

Photo Par Karl Filion
Owen Wilson et Kate Hudson dans Toi, moi et Dupree

Voici les nouveautés de la semaine :

Astérix et les Vikings - France, Danemark - 78 min.

Réalisé par Stefan Fjeldmark et Jesper Moller. Avec les voix de Roger Carel, Lorant Deutsch.

Les Gaulois Astérix et Obélix se sont vus confier une délicate mission: transformer Goudurix, le neveu froussard et paresseux du chef de leur village, en un guerrier sans peur. Or, l'adolescent ne pense qu'à s'amuser et néglige son entraînement. Si bien que lorsque des Vikings débarquent en Gaule, en quête d'un «champion de la peur», ils ont tôt fait de voir en Goudurix le sujet idéal. Ils le kidnappent et le ramènent avec eux dans le Grand Nord dans l'espoir qu'il leur apprendra à voler puisque, comme le prétend le mage des Vikings, la peur donne des ailes. Lorsque Astérix et Obélix le retrouvent enfin, ils sont consternés d'apprendre que celui-ci, populaire auprès de ses ravisseurs et amoureux de la fille du chef de la tribu, ne veut pas rentrer chez lui.

You, Me and Dupree (Toi, moi et Dupree) - États-Unis - 108 min.

Réalisé par Anthony Russo. Avec Owen Wilson, Kate Hudson.

Au retour de son voyage de noces, Carl Peterson, un promoteur immobilier, apprend que son ami Randy Dupree a perdu son emploi et son logement. Sans prendre la peine de consulter Molly, son épouse, Carl propose à son ami de l'héberger pour quelques jours. Lesquels jours s'étirent en semaines, sans que Randy fasse quoi que ce soit pour améliorer sa situation. Au contraire, ses gaffes d'adolescent attardé et son comportement irrévérencieux minent chaque jour un peu plus la tranquillité des nouveaux mariés. Sa présence est d'autant plus lourde à supporter que sur le front professionnel, Carl est en bute aux railleries de son puissant patron qui, en sa qualité également de beau-père, ne rate jamais une occasion de lui faire savoir qu'il n'est pas à la hauteur.

Little Man (Petit homme) - États-Unis - 97 min.

Réalisé par Keenen Ivory Wayans. Avec Marlon Wayans, Shawn Wayans.

Calvin Sims, nabot d'à peine trois pieds de haut, a caché dans le sac à main d'une cliente le diamant qu'il essayait de dérober dans une bijouterie de Chicago. Ayant identifié ladite cliente et son mari comme étant Vanessa et Daryl Edwards, un couple BCBG sans enfants, Calvin décide d'infiltrer leur maison en se faisant passer pour un bébé abandonné. Déguisé en poupon, allongé dans un couffin, il est déposé par son complice Percy devant la porte du couple qui s'empresse de le recueillir. Tandis que Daryl tente, tant bien que mal, de démontrer à son épouse ses compétences de père, Calvin, harnaché à sa chaise-haute, n'arrive pas à mettre son plan à exécution.

Camping - France - 95 min.

À Montréal seulement.

Réalisé par Fabien Onteniente. Avec Gérard Lanvin, Frank Dubosc.

Au volant de sa voiture de luxe, Michel, un chirurgien esthétique parisien, tombe en panne devant le camping des Flots Bleus, où se retrouvent, comme à chaque mois d'août, des familles et des couples turbulents et colorés. Cette année toutefois, plusieurs problèmes assombrissent le bonheur des vacanciers. Patrick, un éternel don juan, attend désespérément l'arrivée de son épouse. Sophie, qui vient de découvrir l'infidélité de son mari Paul, fait tente à part. Le couple Pic cherche par tous les moyens à déloger les Hollandais qui ont installé leur roulotte sur leur emplacement habituel. Flanqué de sa fille, Michel doit faire contre mauvaise fortune bon coeur et partager momentanément la vie de ces bruyants campeurs. Son séjour forcé se transforme en cauchemar.

A Scanner Darkly - États-Unis - 100 min.

À Montréal et en anglais seulement.

Réalisé par Richard Linklater. Avec Keanu Reeves, Wynona Ryder.

La Californie, dans un futur immédiat. Grâce à une combinaison virtuelle leur permettant de changer à volonté leur image, leur identité et leur voix, les agents du gouvernement infiltrent incognito les milieux criminels et les démantèlent de l'intérieur. Or, sous la combinaison d'un de ces agents se cache Bob Arctor, un trafiquant de drogue qui figure sur la liste des individus les plus recherchés par la police. Lorsque ses patrons, qui ignorent sa véritable identité, lui demandent d'enquêter sur Arctor, ce dernier plonge dans un abîme de confusion. Au fil de son enquête existentielle, il s'aperçoit que ses proches complices ont également, derrière le masque, des motifs inavouables.

Down in the Valley - États-Unis - 125 min.

À Montréal et en anglais seulement.

Réalisé par David Jacobs. Avec Edward Norton, Evan Rachel Wood.

Avec son allure de cowboy et sa nostalgie du Far West, Harlan Fairfax Caruthers détonne dans la station-service de banlieue californienne où il travaille. Ayant amorcé une liaison avec la délurée Tobe, Harlan est bientôt présenté au shérif Wade, le père de l'adolescente. Or, celui-ci se méfie immédiatement de ce soi-disant ex-rancher du Dakota du Sud. Les doutes du shérif sont confirmés lorsque le pompiste, accusé d'avoir volé un cheval, se défend en prétextant qu'il empruntait la monture d'un ami. Wade interdit alors à Tobe de fréquenter Harlan. Mais entre-temps, ce dernier s'est lié d'amitié avec le timide frère de sa petite amie, à qui il enseigne le tir au fusil.

Peaceful Warrior - États-Unis, Allemagne - 121 min.

À Montréal et en anglais seulement.

Réalisé par Victor Salva. Avec Scott Mechlowicz, Nick Nolte.

L'ego du gymnaste Dan Millman est aussi gros que son talent est grand. Alors qu'il s'entraîne dans l'espoir de se qualifier pour les prochains Jeux olympiques, l'athlète fait la connaissance d'un mystérieux garagiste. D'une agilité exceptionnelle et doté de réflexes incroyables, le vieil homme le prend sous son aile et lui fait partager ses connaissances, tant physiques que philosophiques. D'abord séduit par les enseignements de celui qu'il surnomme Socrate, le jeune homme les remet toutefois en question lorsqu'ils contrarient ses ambitions sportives et compromettent ses espoirs de conquêtes féminines. Lorsqu'une blessure menace d'anéantir son rêve olympique, Dan commence enfin à apprécier à sa juste valeur la sagesse de Socrate.

Lemming - France - 129 min.

Réalisé par Dominik Moll. Avec Laurent Lucas, Charlotte Gainsbourg.

Bénédicte et Alain viennent de s'installer dans une nouvelle ville, à proximité du laboratoire où ce dernier travaille comme ingénieur en robotique. En invitant à dîner Robert, le grand patron d'Alain, et son épouse Alice, le jeune couple espère nouer des liens d'amitié avec eux. Peine perdue. Dès leur arrivée, Alice pollue l'atmosphère de sa rancoeur et bientôt, les invités à couteaux tirés prennent congé de leurs hôtes. Pendant la nuit, Alain descend à la cuisine pour déboucher l'évier, et trouve dans le tuyau d'évacuation un rongeur noyé qui, au matin, reprend vie. Quelques jours plus tard, Alice, qui avait dans l'intervalle tenté sans succès de séduire Alain, rend visite à Bénédicte. Invoquant une grande fatigue, elle demande à se reposer dans la chambre d'amis, où elle s'enlève la vie.

Les enfants - France - 88 min.

Réalisé par Christian Vincent. Avec Karin Viard, Gérard Lanvin.

Pierre, enseignant divorcé, a deux enfants : Victor, 14 ans, et Tom, 9 ans, qu'il voit un soir par semaine et un week-end sur deux. Jeanne, agente immobilière, élève seule Camille, 12 ans, et Paul, du même âge que Tom. Par hasard, Pierre et Jeanne se rencontrent, s'éprennent l'un de l'autre et décident, après quelques mois de fréquentation, d'emménager ensemble, avec leurs enfants. Or, dès les premiers jours, la tension monte. Outre la pression exercée par l'ex-épouse de Pierre, réticente à la garde partagée, les enfants ont du mal à accepter cette cohabitation forcée. En semant la pagaille, ils divisent les deux amoureux, dont les valeurs sur la discipline s'opposent. Jeanne et Pierre, du coup, se demandent s'ils n'ont pas fait fausse route.

Sketches of Frank Gehry - États-Unis, Allemagne - 83 min.

À Montréal et en anglais seulement.

Documentaire de Sydney Pollack.

La caméra de Sydney Pollack nous montre à l'oeuvre l'architecte américain d'origine canadienne Frank Gehry. À travers ses nombreuses conversations avec son ami - à qui on doit, entre autres, le design du musée Guggenheim de Bilbao -, le cinéaste révèle le cheminement de l'artiste, sa méthode et les sources de son inspiration. Les propos de Gehry sont par ailleurs appuyés par une abondance d'images montrant ses diverses réalisations, incluant, outre le célèbre musée espagnol, le Walt Disney Concert Hall à Los Angeles, la DG Bank à Berlin, ainsi que le musée du design Vitra à Weil am Rhein, en Allemagne. Des personnalités issues de tous les domaines, dont le thérapeute de Gehry, enrichissent de leurs témoignages notre compréhension de l'homme et de son oeuvre.

Latex - Québec - 70 min.

À Montréal seulement.

Réalisé par Pierre Lapointe. Avec Wildemir Normil, Julie Paquette.

Au cours d'un été montréalais torride, dans un futur proche où la bière se vend sous le manteau, les résidents d'une ruelle de Montréal se croisent et vaquent à leurs occupations sous l'oeil d'un vieux mendiant haïtien parqué sur son balcon. Pour deux adolescents à la croisée des chemins, un prostitué gay au seuil de la dépression et une mère monoparentale inquiète, cette moiteur contraste avec la dureté et la froideur de leur environnement.

Les résumés proviennent de Mediafilm.

Partager sur : Twitter Facebook
Site conçu et développé par Logo Libéo
Représentation publicitaire par Logo Moviefone
© 2016 Média Happy Geeks inc. Tous droits réservés.