dossier
Samedi 15 juin 2013 à 05h00

L'Hebdo : La confrérie des bouffons 2

Photo Par Elizabeth Lepage-Boily

James Franco, Jay Baruchel et Seth Rogen dans This is the End

La semaine dernière, nous parlions des acteurs comiques gravitant autour du duo Owen Wilson/Vince Vaughn, qui forment une confrérie d'acteurs comiques qui travaillent souvent ensemble. Cette semaine, dans le cadre de la sortie de la comédie This is the End, nous abordons un nouveau groupe d'acteurs humoristiques, en quelque sorte une nouvelle génération de bouffons qui font face aux mêmes problèmes, mais qui semblent prendre des moyens différents pour faire rire.

Le concept de la comédie This is the End est plutôt inusité; chacun des acteurs présents au générique y incarne son propre rôle. Lors d'une fête que James Franco donne à sa résidence, les amis Jay Baruchel, Seth Rogen, Danny McBride, Jonah Hill et Craig Robinson sont confrontés à l'Apocalypse et tentent de survivre malgré les rares denrées à leur disposition. Cette idée loufoque est née sur le plateau de Knocked Up alors que Baruchel et Rogen ont réalisé une fausse bande-annonce d'un supposé film titré Jay and Seth vs. The Apocalypse (qu'il est possible de voir sur Youtube en cliquant ici) dans lequel les comédiens étaient confrontés à l'inévitable réalité; ils étaient les deux derniers humains sur Terre. Six ans plus tard, cette folie s'est transformée en un film, offert depuis mercredi dernier (en version originale seulement) dans plusieurs cinémas de la province.

Ces joyeux lurons qui forment la distribution du long métrage This is the End, réalisé par Seth Rogen et Evan Goldberg, et notre nouveau groupe de bouffons font tous partie de la « bande Apatow ». Ils se sont tous - ou presque - rencontrés sur le plateau de l'un des films, produits, réalisés ou écrits par le gourou des comédies américaines, Judd Apatow.

Après avoir produit Anchorman: The Legend of Ron Burgundy en 2004, Judd Apatow réalise son premier long métrage l'année suivante : The 40 Year-Old Virgin. Il reprend plusieurs des acteurs présents au générique d'Anchorman (dont Steve Carell et Paul Rudd), mais fait aussi découvrir l'un d'entre eux, moins connu, qui était promis à une belle carrière. Son nom : Seth Rogen.

Rogen n'avait presque rien à son CV - mis à part une apparition dans Donnie Darko et un rôle dans Freaks and Geeks (une série aussi chapeautée par Apatow) - lorsqu'il a été recruté. Le cinéaste américain a rapidement vu le potentiel du jeune homme le plaçant, par la suite, au générique de plusieurs de ses films, dont Knocked Up, Superbad, Pineapple Express et Funny People. Il a aussi été attrapé au passage par Anthony et Joe Russo pour You, Me and Dupree en 2006, par Kevin Smith pour Zack and Miri Make a Porno ainsi que par Jody Hill pour Observe and Report.

Seth Rogen a aussi développé ses aptitudes de scénariste au cours des dernières années. Il a travaillé sur les textes de Superbad, Drillbit Taylor, Pineapple Express, The Green Hornet et The Watch. This is the End est sa première expérience derrière la caméra. Il représente parfaitement les thèmes fétiches de toute la bande : un drogué sympathique, un peu grassouillet, grand connaisseur de culture populaire et... juif.

Jonah Hill, qu'on confond souvent avec Seth Rogen (ou c'est juste moi?), a, quant à lui, été d'abord repêché par Steve Pink en 2006 pour la comédie Accepted. C'est l'année suivante, en 2007, que Hill se démarque au sein de la distribution de Knocked Up. Il partage ensuite l'affiche avec Michael Cera dans Superbad. Il incarne par la suite Matthew le serveur dans Forgetting Sarah Marshall. De ce rôle et de sa complicité avec Russell Brand naît une autre comédie deux ans plus tard, titrée Get Him to the Greek.

Grâce à Moneyball, de Bennett MillerJonah Hill a été en nomination aux Oscars dans la catégorie Meilleur acteur de soutien et a prouvé à l'industrie qu'il pouvait aussi jouer dans un drame. Martin Scorsese l'a d'ailleurs recruté pour qu'il incarne un des personnages de son nouveau film - The Wolf of Wall Street - sur l'histoire vraie d'un courtier en bourse qui passe vingt mois en prison pour avoir refusé de participer à une gigantesque arnaque, dévoilant la corruption et l'implication de la pègre qui sévissent à Wall Street et au-delà des États-Unis.

Il aussi récemment aidé à échafauder le projet de remake du film 21 Jump Street avec Michael Bacall que Phil Lord et Chris Miller ont réalisé. Hill incarne l'un de deux protagonistes de ce film avec Channing Tatum. Une suite à ce long métrage, dont le titre provisoire est 22 Jump Street, est déjà prévue au calendrier de l'été 2014.

James Franco est probablement le plus polyvalent des acteurs de cette liste, ou du moins celui qui prend le plus de risques (voir sa prestation à l'animation des Oscars). Le grand public l'a d'abord connu grâce à son interprétation d'Harry Osborn dans la franchise Spider-Man de Sam RaimiFranco a rejoint les rangs d'Apatow en 2007 grâce à son rôle « non-crédité » dans Knocked Up. Il s'est ensuite affiché comme fier partenaire de l'armée de Judd en prenant la tête de la comédie Pineapple Express avec Rogen et Danny McBride.

Mais la comédie n'est qu'une des nombreuses branches exploitées par Franco au cours des années. Il a touché au drame romantique (Tristan + Isolde), au suspense policier (In the Valley of Elah), au drame biographique (Milk, 127 Hours), au film d'aventures familial (Oz the Great and Powerful), au gros blockbuster (Rise of the Planet of the Apes) comme au petit film indépendant (Spring Breakers). Franco est un acteur ubiquiste qui n'a pas fini de nous étonner. Un acteur qui, d'une certaine façon, prouve qu'un comédien de talent n'a pas à être placé dans un carcan fixe.

Jay Baruchel, un Ontarien qui vit toujours à Montréal, est apparu (il ne faut pas cligner des yeux pour l'apercevoir par contre) dans quelques films, dont Almost Famous et Million Dollar Baby, avant de se joindre à l'équipe d'Apatow grâce à sa participation dans Knocked Up. Après cette intrusion dans le monde du célèbre producteur et réalisateur, Baruchel a décroché plusieurs rôles dans des productions américaines. Il fait entre autres partie de la distribution de la comédie Tropic Thunder, réalisée par Ben Stiller, et obtient le premier rôle dans la comédie romantique She's Out of My League ainsi que dans The Sorcerer's Apprentice, où il partage l'écran avec Nicolas Cage.

Malgré sa réussite en sol américain, Baruchel continue tout de même de jouer au Canada, notamment dans les films de son ami Jacob Tierney (The Trotsky, Good Neighbours). On a pu le voir récemment dans la comédie sportive Goon dans laquelle Marc-André Grondin joue l'un des protagonistes. En 2014, il figurera au générique de RoboCop et prêtera sa voix à nouveau au protagoniste animé du film How to Train Your Dragon 2, qu'il avait aussi doublé en 2010.

Paul Rudd est probablement l'un des plus vieux sujets de la bande Apatow. Âgé de 44 ans, le comédien a débuté sa carrière au milieu des années 90 dans le film pour adolescentes Clueless. On a pu le voir entre autres par la suite dans Romeo + Juliet, The Object of My Affection et 200 Cigarettes, avant qu'il sorte de l'ombre grâce à son rôle secondaire dans Anchorman: The Legend of Ron Burgundy. Dès lors, il enchaîne les comédies d'Apatow (The 40 Year-Old Virgin, Knocked Up, Forgetting Sarah MarshallThis Is 40) et des autres (Night at the Museum, Over Her Dead Body, I Love You, Man, Dinner for Schmucks, Admission).

La liste des comédies dans lesquelles il a joué est excessivement longue. En neuf ans, Rudd est apparu au générique de pas moins de trente films, soit une dizaine de plus que son acolyte Seth Rogen.

Après avoir incarné un personnage très secondaire dans All the Real Girls au début des années 2000, Danny McBride décroche le rôle principal de la comédie The Foot Fist Way, réalisée par Jody Hill en 2006. Il apparaît ensuite dans Hot Rod et Apatow lui propose un rôle - lui aussi « non-crédité » - dans Superbad. C'est ensuite dans Drillbit Taylor et Pineapple Express qu'il confirme ses talents et ses intentions humoristiques.

Ben Stiller l'engage ensuite pour Tropic Thunder et Jody Hill, qui l'avait dirigé à ses tous débuts, lui demande de jouer un accro du crack caucasien - là aussi un rôle très secondaire - dans Observe and Report, aux côtés de Seth Rogen. Il partage ensuite l'écran avec Will Ferrell dans Land of the Lost et croise le chemin de James Franco dans Your Highness (un film qu'il écrit avec Ben Best). De cette rencontre est née une alliance qui sera recréée dans As I Lay Dying, le premier long métrage de James Franco à titre de réalisateur qui a récemment été présenté au Festival de Cannes.

Tous ces bouffons font partie d'une même famille, d'une nouvelle vague d'acteurs qui ont, principalement grâce à Judd Apatow, pris la place que la génération précédente (Owen Wilson, Vince Vaughn, Ben Stiller, Will Ferrell, Steve Carell) avait laissée vacante, ou du moins, sans surveillance. On pourrait même croire que la bande Wilson/Vaughn a depuis peu tenté de profiter des succès de la bande Apatow. Il y a une volonté de se renouveler différente de celle de leurs prédécesseurs. Ils écrivent davantage, produisent aussi et s'aventurent dans des genres plus éclectiques. Évidemment, peut-être que ces mêmes prédécesseurs avaient les mêmes intentions révolutionnaires à une certaine époque et que le temps a eu raison de leurs ambitions, mais il reste que ces joyeux lurons - qui affrontent aujourd'hui l'Apocalypse - ont, lorsqu'ils joignent leurs forces, le pouvoir nécessaire d'apposer une couleur nouvelle au paysage cinématographique américain.

Partager sur : Twitter Facebook
Actualités reliées
CRITIQUE OFFICIELLE CINOCHE.COM (Mercredi 12 juin 2013 à 08h49) I Want It That Way
DOSSIER (Samedi 8 juin 2013 à 07h00) L'Hebdo : La confrérie des bouffons
ACTUALITÉ (Vendredi 5 avril 2013 à 07h48) Bande-annonce officielle de This is the End
Site conçu et développé par Logo Libéo
Représentation publicitaire par Logo Moviefone
© 2016 Média Happy Geeks inc. Tous droits réservés.