réalisateur

studios

  • TS Productions
  • Amrion
  • La Parti Productions
  • uFilm

distributeur

  • Funfilm Distribution

Bandes-annonces & Images

Revues de presse

Médiafilm

Lire la critique

La réalisation, élégante et sobre à la fois, forge un climat crépusculaire auquel les deux interprètes au diapason apportent de la couleur.

Médiafilm Lire la critique complète

Le Soleil

Lire la critique

L'intérêt d'Une Estonienne à Paris se limite à peu près à l'impayable performance de Jeanne Moreau en vieille dame excentrique, revêche et détestable.

Éric Moreault Lire la critique complète

La Presse

Lire la critique

Ilmar Raag, qui s'est fait connaître comme réalisateur télé, propose un joli premier long métrage qui n'est malheureusement pas exempt de défauts.

Catherine Schlager Lire la critique complète

Voir

Lire la critique

Cependant, il y a tant de chaleur et de tendresse chez Ilmar Raag, qui s'est inspiré d'un fait vécu par sa mère, dans sa façon de filmer ses actrices que la séduction opère.

Manon Dumais Lire la critique complète

Télérama

Lire la critique

Sur ce thème un peu classique, Ilmar Raag évite les broderies, les bavardages, le pittoresque. Au lieu d'accentuer l'affrontement, propice aux répliques ­vachardes, il explore ses à-côtés, les ­silences, la solitude.

Frédéric Strauss Lire la critique complète

L'Humanité

Lire la critique

Le récit progresse à gros sabots mais l'essentiel est dans le face-à-face entre ces deux admirables comédiennes. La relation est touchante et le film procure un sentiment profond d'humanité.

Jean Roy Lire la critique complète

Le Monde

Lire la critique

Si le film émeut par moments, c'est grâce aux actrices qui parviennent, bon an mal an, à les rendre attachants.

Isabelle Regnier Lire la critique complète

Le Nouvel Obs

Lire la critique

Ilmar Raag, jeune réalisateur estonien, a trouvé le bon équilibre : entre comédie et drame léger, raison et sentiment, douceur et colère, le film touche juste. On sort de là avec le sourire, et une immense tendresse pour Jeanne Moreau.

François Forestier Lire la critique complète