Bandes-annonces & Images

Revues de presse

Médiafilm

Lire la critique

Or, au-delà des atomes crochus, Tu dors Nicole porte la signature très personnelle d'un esprit original et drôle, unique dans le paysage du cinéma québécois.

Martin Bilodeau Lire la critique complète

Le Soleil

Lire la critique

Le choix du noir et blanc est audacieux, mais il ne devrait pas rebuter les spectateurs. Surtout pas : Tu dors Nicole est le film le plus accessible de Lafleur, sans qu'il compromette sa vision d'auteur.

Éric Moreault Lire la critique complète

Agence QMI

Lire la critique

Pas de doute, ce long-métrage mérite un détour dans une salle obscure!

Isabelle Hontebeyrie Lire la critique complète

Films du Québec

Lire la critique

Passé l'impression de redondance avec les deux premiers films du cinéaste, force est de constater que Tu dors Nicole constitue une appréciable continuation d'une trilogie axée sur la tristesse de la banlieue, tout en finesse et décalages certes, mais dont il serait sans doute pertinent de renouveler les codes.

Charles-Henri Ramond Lire la critique complète

Cinéfilic

Lire la critique

Nous nous le permettons car Stéphane Lafleur est extrêmement talentueux... ce qui permet d'ailleurs à Tu dors Nicole de rester malgré tout particulièrement agréable à regarder d'un bout à l'autre. Nous espérons juste que Stéphane Lafleur ait envie d'explorer des terres inconnues.

Jean-Marie Lanlo Lire la critique complète

Point de vues

Lire la critique

Nicole, jouée par Julianne Côté, dans une si juste et si authentique performance, qui n'appuie pas le dialogue mais le retient. Les blagues écrites sont ainsi plus drôles car plus vraies; elles sortent timidement de la bouche des interprètes.

Paul Landriau Lire la critique complète

Cinémaniak.net

Lire la critique

De Stéphane Lafleur nous connaissions déjà les cadres larges et aérés, les personnages mutiques, la dérision mêlée d'amertume. Ces éléments se retrouvent dans Tu dors Nicole, sublimés par la fraicheur de cette jeunesse, et la luminosité de la saison.

Anne Castelain Lire la critique complète

Le Devoir

Lire la critique

Tu dors Nicole possède un charme à la fois ravageur et ténu. Bonbon acidulé à déguster plan fixe par plan fixe sous la caméra de Sara Mishara, en accord parfait avec les visées ironiques du cinéaste, auquel chaque élément participe.

Odile Tremblay Lire la critique complète

24imag

Lire la critique

Le film en serait lassant, déprimant s'il s'en tenait à cette pure description distanciée de l'état de vie de ces jeunes désœuvrés dans la vingtaine, repoussant leur entrée dans le monde adulte. Mais comme on retrouve la touche, le style habituels de Stéphane Lafleur, le film ne l'est pas.

André Roy Lire la critique complète

La Presse

Lire la critique

On retient en outre le jeu des acteurs, parfaitement au diapason du ton décalé qu'emprunte le cinéaste, aussi leader du groupe Avec pas d'casque. On note aussi le bel environnement musical, gracieuseté de Rémy Nadeau-Aubin et du groupe Organ Mood.

Marc-André Lussier Lire la critique complète