Bandes-annonces & Images

Revues de presse

Médiafilm

Lire la critique

La relecture ludique et hautement comique n'exclut pas quelques commentaires sociaux et politiques, mais l'intérêt de Frears reste focalisé sur les chassés-croisés et quiproquos qui font rougir ou rire jaune les personnages, campés par une galerie uniformément enthousiaste.

Martin Bilodeau Lire la critique complète

The Gazette

Lire la critique

It's a messy story, but this is ensemble comedy, and, as such, it accommodates the sprawl with comic distractions and snappy one-liners. When that fails, show decolletage and fannies.

Katherine Monk Lire la critique complète

24imag

Lire la critique

Là où Tamara Drewe dépasse la comédie agréable mais sans conséquence, c'est dans cette assurance - qu'avait le Chabrol des grands jours - de Stephen Frears à mener son récit à bon port avec une mise en scène sans effets de manches. Il amorce son film de façon anodine, le poursuit dans la même veine, au point qu'un léger ennui s'installe, puis il nous cueille, il nous garde bien en main et nous assène une finale qui se résonne dans le film tout entier.

Éric Fourlanty Lire la critique complète

La Presse

Lire la critique

Grâce à l'appui de formidables acteurs, parmi lesquels Gemma Aterton dans le rôle titre, Frears manoeuvre adroitement pour exposer petites hypocrisies et faux-semblants, n'hésitant pas à utiliser tous les types d'humour pour ce faire.

Marc-André Lussier Lire la critique complète

Ruefrontenac.com

Lire la critique

En adaptant une bande dessinée de Posy Simmonds - qui était elle-même librement inspirée d'un roman de Thomas Hardy -, Stephen Frears signe une satire féroce et subtile où le burlesque côtoie le tragique.

Maxime Demers Lire la critique complète

Lecinema.ca

Lire la critique

Vivant et pétillant, Tamara Drewe est une femme de rêve qui sait généralement éviter les clichés, notamment par sa réalisation surprenante, ses répliques vives, son ton charmant, ses discours allumés, son interprétation gracieuse et même sa trame sonore de l'expérimenté Alexandre Desplat.

Martin Gignac Lire la critique complète

Voir

Lire la critique

Cette comédie dramatique de Stephen Frears se savoure lentement, comme un bonbon rose acidulé. Ainsi, alors que l'on cause nourritures de l'esprit, les corps s'échauffent, les coeurs s'emballent et les quiproquos se multiplient à un rythme bien vivant.

Manon Dumais Lire la critique complète