Bandes-annonces & Images

Revues de presse

Médiafilm

Lire la critique

N'importe, la dérision est toujours de mise, les gags satiriques font mouche et les choix musicaux provoquent fréquemment l'hilarité. La réalisation et l'animation sont une fois de plus de grande qualité et les effets 3D, utilisés pour la première fois dans la série, s'avèrent spectaculaires, à défaut d'être essentiels.

Louis-Paul Rioux Lire la critique complète

The Gazette

Lire la critique

Shrek Forever After's dark and forbidding land is also reminiscent of the lightless forests of The Wizard of Oz, whose flying witches have come aboard to add some cinematic heft. They're about the only cultural references in the movie, quite a change from the earlier films, which took on everything from the fairy-tale form to Disneyland.

Jay Stone Lire la critique complète

Cinema Blend

Lire la critique

Shrek has become the pandering, predictable, fairytale franchises it loathed; and while this entry is a better note to end on than the last one, Shrek the Third, the important thing here is that this franchise ends before it does any more damage to itself.

Josh Tyler Lire la critique complète

La Presse

Lire la critique

Il reste toutefois les performances vocales toujours à point de Mike Myers et de Cameron Diaz; et celles, délirantes et jouissives d'Eddie Murphy en verbomoteur Donkey et d'Antonio Banderas en suave Puss in Boots. Ce dernier vole encore la vedette dans chacune de ses scènes...

Sonia Sarfati Lire la critique complète

Voir

Lire la critique

Après deux suites décevantes, ce quatrième (et ultime?) épisode réalisé par Mike Mitchell renoue avec ce qui faisait le charme du film original, tout en faisant évoluer les personnages qu'on aime dans un étonnant nouveau contexte.

Kevin Laforest Lire la critique complète

Lecinema.ca

Lire la critique

Gentil et rigolo comme tout, mais rien de très magique ni de féerique au menu.

Martin Gignac Lire la critique complète

USA Today

Lire la critique

Though Shrek Forever After has some clever lines - notably more than in the third movie - the pop-culture references and joyous spirit have been replaced by spurts of slapstick and contrived mania.

Claudia Puig Lire la critique complète