Bandes-annonces & Images

Revues de presse

Médiafilm

Lire la critique

Émaillé de réflexions pertinentes sur la société, l'état de la religion au Québec et les traumatismes des soldats canadiens revenus de mission à l'étranger, le scénario apparaît cependant fabriqué par moments, surtout dans les passages censément loufoques de cambriolages improvisés, qui tombent à plat.

Louis-Paul Rioux Lire la critique complète

La Presse

Lire la critique

Au final, Route 132 se révèle une oeuvre fine et touchante, lumineuse et poétique sur la détresse de l'homme, truffée de répliques savoureuses - malgré quelques dialogues appuyés -, qui marque le retour en grande forme de Louis Bélanger.

Marc Cassivi Lire la critique complète

The Gazette

Lire la critique

Papineau does a great job of conveying Gilles's grief without suffocating the viewer, and Martin's comic turn as lovable loser Bob provides a welcome counterpoint to Papineau's dark performance.

Brendan Kelly Lire la critique complète

Ruefrontenac.com

Lire la critique

Bélanger et Alexis Martin ont réussi à élaborer un scénario solide et équilibré qui aborde avec subtilité plusieurs thèmes forts (le deuil, la famille, l'abandon des régions, le vieillissement de la population, les séquelles de guerre),  tout en trouvant le ton juste, entre le drame et la comédie. Route 132 réussit autant à faire rire qu'à émouvoir profondément, une qualité rare qui relève ici de l'exploit.

Maxime Demers Lire la critique complète

Lecinema.ca

Lire la critique

Sur la Route 132 il y a de tout : des larmes et des rires, de la nostalgie et un désir d'aller vers l'avant, mais surtout un road-movie existentiel porté par deux excellents comédiens. Lorsque le cinéma québécois va, tout va!

Martin Gignac Lire la critique complète

Voir

Lire la critique

Si le tandem dépareillé que forment François Papineau et Alexis Martin convainc, le premier parfaitement stoïque et bouleversant, le second, d'une aisance et d'un charme conquérants, le mélange drame et comédie, lui, ne fonctionne pas toujours dans Route 132.

Manon Dumais Lire la critique complète