Bandes-annonces & Images

Revues de presse

Médiafilm

Lire la critique

La réalisation hyperactive et maniérée, les dialogues peu inspirés, sont rachetés par une interprétation robuste.

Médiafilm Lire la critique complète

The New York Times

Lire la critique

As for the rest, there is plenty of nonsense, a great deal of stylish posturing and clothes-horsing, and a few action sequences that manage to be both gripping and preposterous. The story is a basic heist plot, with a few complications thrown in for texture and filigree.

A. O. Scott Lire la critique complète

Cinema Blend

Lire la critique

Takers is also about the B story in which Matt Dillon overacts as half of one of the worst written cop duos ever allowed on camera. The A story doesn't make any mores sense than the B story, but at least it allows Hayden Christensen to wear a cool hat and in some small way moves the plot forward, albeit at a snail's pace, so that at some point we can all get the hell out of this movie theater.

Josh Tyler Lire la critique complète

Lecinema.ca

Lire la critique

Variation moyennement satisfaisante sur le film de vols et de casse, Takers de John Luessenhop abuse des clichés liés au genre. Reste de bons comédiens qui n'arrivent pas à venir en aide à un scénario qui aurait mérité un peu plus de pimpant.

Martin Gignac Lire la critique complète

La Presse

Lire la critique

Thriller policier viril, vibrant et vigoureux, Takers (Preneurs en français, quelle originalité) pèche par excès de manières et abus d'effets stylistiques : caméras à l'épaule jusqu'à la nausée, zooms et ralentis jusqu'à l'écoeurement, plans aériens et redondants sur les buildings de Los Angeles, trame sonore techno omniprésente etc.

Aleksi K. Lepage Lire la critique complète

USA Today

Lire la critique

The dialogue is clichéd and laughable. It's a film far more concerned with style - architectural, vehicular and wardrobe-related - than substance.

Claudia Puig Lire la critique complète

Voir

Lire la critique

De cette histoire générique de flics et de bandits jouant au chat et à la souris, dont certains éléments rappellent le Heat de Michael Mann, on ne retiendra pas grand-chose, si ce n'est que quelques scènes d'action efficaces, quoique filmées trop nerveusement, et une sous-intrigue impliquant une junkie interprétée par Marianne Jean-Baptiste, qui semble sortie d'un autre film beaucoup plus intéressant.

Kevin Laforest Lire la critique complète