réalisateur

scénariste

studio

  • Rogue Pictures

distributeur

  • Alliance Vivafilm

Bandes-annonces & Images

Revues de presse

Médiafilm

Lire la critique

Wes Craven consterne avec cette production d'une niaiserie consommée, dont le dialogue didactique est livré par des automates dans un décor de carton-pâte.

Médiafilm Lire la critique complète

Cinema Blend

Lire la critique

He does it again in My Soul To Take, a movie that's really not much more than a collection of the usual, lame, horror movie misdirections but at least these familiar misdirections are directed by the guy who knows them best.

Josh Tyler Lire la critique complète

The New York Times

Lire la critique

My Soul to Take, his first feature since, is a thoroughly dreary, by-the-numbers exercise. Maybe he was preoccupied by Scream 4, due out next spring.

Mike Hale Lire la critique complète

Joblo.com

Lire la critique

I guess the only thing left to mention is the 3D, and unsurprisingly, it's barely noticeable - so much so that at one point I took off my glasses and saw almost no difference, just a hint of blurriness. As with most post-conversion products, the most impressive 3D can be found in the opening and closing credits. Those closing credits are a blessing when they come, because My Soul to Take is an unfortunate mess from start to finish.

Eric Walkuski Lire la critique complète

Lecinema.ca

Lire la critique

Pour un projet qui se voulait horrifique, l'objectif s'avère complètement raté. L'essai suit les schémas classiques sans dévider du moindre iota, accumulant monotonement les séquences chocs attendues et les sursauts qui résultent des effets sonores. Une nouveauté chez Craven est d'offrir le tout en trois dimensions. Sans doute que c'est un moyen de faire encore plus d'argent, car les effets sont parmi les plus pitoyables à avoir été offerts.

Martin Gignac Lire la critique complète

La Presse

Lire la critique

Par professionnalisme, nous n'avons pas quitté notre siège avant le générique, espérant naïvement qu'un final comique, absurde et autodérisoire allait mettre en abîme ces deux heures de plate niaiserie.

Aleksi K. Lepage Lire la critique complète