producteur

studios

  • Celluloid Dreams
  • The Manipulators
  • uFilm
  • Studio 37
  • Le Pacte
  • Lorette Production
  • Film(s)
  • Arte France cinéma

distributeur

  • Alliance Vivafilm

Bandes-annonces & Images

Revues de presse

Médiafilm

Lire la critique

Un traitement éclaté, imaginatif donc, qui va de pair avec un ton moqueur, ironique, sec, en décalage délibéré avec la gravité du propos. Ce qui n'empêche pas les auteurs de conclure sur une note mélodramatique bouleversante ce récit d'une vie gâchée, dont le seul héritage sera une oeuvre musicale sublime, nourrie d'un douloureux chagrin d'amour.

Louis-Paul Rioux Lire la critique complète

La Presse

Lire la critique

En vérité, ce Poulet aux prunes a toutes les allures d'une bande dessinée, mais « en vrai ». L'effet est très réussi.

Marc-André Lussier Lire la critique complète

Journal de Montréal

Lire la critique

Le résultat final séduit, sans toutefois convaincre autant que Persepolis. Comme trop souvent dans ce genre d'exercice de style, la forme prend le dessus sur le fond.

Maxime Demers Lire la critique complète

Panorama-Cinéma

Lire la critique

Le style ironique de Poulet aux prunes fonctionne si bien avec le drame qu'il raconte précisément parce que la structure narrative prend le pas sur tout le reste.

Mathieu Li-Goyette Lire la critique complète

Voir

Lire la critique

D'un mysticisme envoûtant, d'un humour noir décapant, Poulet aux prunes souffre d'un rythme laborieux que parviennent à faire oublier la présence lumineuse des Isabella Rossellini, Chiara Mastroianni et Maria de Medeiros, et le jeu décalé d'Édouard Baer.

Manon Dumais Lire la critique complète

Télérama

Lire la critique

Grand mélodrame hollywoodien à la Minnelli et burlesque façon Chaplin, parenthèse fantastique avec Edouard Baer en ange de la mort et hommage au muet... Satrapi et Paronnaud osent beaucoup, réussissent souvent, se plantent parfois - c'est le propre du patchwork d'assembler des pièces inégales.

Samuel Douhaire Lire la critique complète

Le Point

Lire la critique

Si la première demi-heure n'évite pas toujours les surenchères visuelles et la fantaisie un rien volontariste, la fiction trouve ensuite son rythme et entraîne dans ses délires surréalistes, son humour noir et, surtout, son émotion.

Olivier De Bruyn Lire la critique complète

L'Express

Lire la critique

Le film aurait gagné à plus se recentrer sur le « particulier ». A force de digresser, il se perd dans des ipasses (sic) inutiles (Jamel Debbouze en marchand). Le tandem Satrapi-Paronnaud garde néanmoins le savoir-faire qui faisait le charme de Persepolis, à travers un humour mordant et une belle romance. 

Christophe Carrière Lire la critique complète

Le Figaro

Lire la critique

Le film s'envole comme un tapis magique, ­traverse les époques, les pays, les styles cinématographiques, avec une fantaisie exubérante. De ce destin somme toute amer naît un conte enchanteur, pittoresque, chatoyant, mariant satire et mélodrame, nostalgie et dérision.

Marie-Noëlle Tranchant Lire la critique complète

Libération

Lire la critique

Si l'on craint d'abord le carcan améliepoulainisé (la bande-annonce, de ce point de vue, fait peur), une fois installé, on se laisse aller à une mystérieuse mélancolie provoquée par le détraquement de l'ordre carré des plans, par l'immixtion d'un inconscient malade au mitan du décor millimétré.

Éric Loret Lire la critique complète

Le Monde

Lire la critique

On reconnaît les ingrédients de la vie, le burlesque et le tragique, la beauté et la contrainte, mais la vie elle-même a du mal à se faire sentir. On croirait lire la recette de Poulet aux prunes sans pouvoir savourer le plat.

Thomas Sotinel Lire la critique complète