Bandes-annonces & Images

Revues de presse

Médiafilm

Lire la critique

Ce portrait sans complaisance d'un héros malgré lui, avec ses forces et ses failles, se décline dans un scénario assez habilement construit par Ian Lauzon, mais qui manque parfois de subtilité, notamment dans la façon de signifier les changements d'époque ou dans la manière d'illustrer le conflit père-fille.

Louis-Paul Rioux Lire la critique complète

Le Soleil

Lire la critique

On a évidemment gardé le meilleur (et le plus impressionnant) pour la fin, avec l'épisode du vol 236, reconstitué avec brio, grâce à la magie des effets spéciaux. Entre la cabine de pilotage, la réaction émotive des passagers et les instructions de la tour de contrôle, le scénario livre un suspense digne des meilleurs films américains du genre.

Normand Provencher Lire la critique complète

Journal de Montréal

Lire la critique

Et c'est ainsi que neuf ans plus tard, le commandant Robert Piché retrouve ses lettres de noblesse et son titre de héros devant nous, avec nous, au cinéma. On atterrit littéralement cet avion avec lui. C'est la victoire de la vie. Une histoire vraie qui finit bien. Il est rare que le cinéma a l'occasion de nous offrir de tels messages.

Michelle Coudé-Lord Lire la critique complète

The Gazette

Lire la critique

The film has a bit of inspired casting in popular leading man Michel Cote as Piche and Cote's son Maxime LeFlaguais as the young Piche. Both father and son are very good, though I'm starting to wish I could see Cote in a role that would be something radically different from the usual taciturn, macho man's man that he always plays.

Brendan Kelly Lire la critique complète

24imag

Lire la critique

Mais ces aller-retours dans le temps ont une autre fonction plus importante encore dans le processus de construction du héros, car en situant les réminiscences de Piché dans le cadre d'une thérapie, on les affecte d'une qualité décisive qu'elles n'auraient pas autrement : elles deviennent des sortes de confessions, des aveux dédouanant leur auteur qui se refait du même coup une virginité morale essentielle avant que le grand coup final ne soit porté.

Pierre Barette Lire la critique complète

Ruefrontenac.com

Lire la critique

Dans le rôle titre, par contre, Michel Côté est irréprochable. Avec peu de mots et beaucoup de retenue, il parvient à rendre admirablement bien la fragilité et la colère intérieure. Dans certains plans, sa ressemblance physique avec le vrai Piché est étonnante.

Maxime Demers Lire la critique complète

Voir

Lire la critique

À des lieues de son excellente télésérie Les Lavigueur, la vraie histoire, ce deuxième long métrage de Sylvain Archambault se révèle un laborieux drame psychologique dont la mise en scène racoleuse ne fait qu'y mettre du plomb dans l'aile.

Kevin Laforest Lire la critique complète

La Presse

Lire la critique

Pour tout dire, le « vrai » film commence environ une trentaine de minutes avant la fin. C'est là que se met en place la reconstitution du vol dramatique dont l'atterrissage d'urgence aux Açores s'est fait en vol plané, sans essence, dans un climat de tension extrême. La séquence est rien de moins qu'admirable.

Marc-André Lussier Lire la critique complète

Lecinema.ca

Lire la critique

Le spectateur est toutefois là pour les scènes se déroulant dans l'avion et qui s'accaparent du dernier tronçon de l'essai. La réussite d'un film comme Polytechnique résidait dans sa façon d'éviter le sensationnaliste, de toujours chercher à être juste. Des subtilités qui ne semblent guère intéresser Piché : Entre ciel et terre.

Martin Gignac Lire la critique complète