réalisateur

scénariste

studio

  • Perdido Productions

distributeur

  • Métropole Films Distribution

Bandes-annonces & Images

Revues de presse

Médiafilm

Lire la critique

Pour le plaisir de tromper les fidèles, le roi de la comédie nihiliste Woody Allen (Scoop, You Will Meet a Dark Stranger) joue le jeu du non-croyant réformé dans ce cru annuel goûteux mais court en bouche, qui contient son poids de mots d'esprit mais pèse une plume dans sa filmographie.

Médiafilm Lire la critique complète

Séquences

Lire la critique

Pour ce qui est de son attirance pour les jeunes et jolies actrices, laissons cela au jaunisme journalistique; Woody Allen s'avère un cinéaste talentueux et son amour pour les comédiens se reflète une fois de plus dans ce film empreint de magie à l'emballage somptueux.

Patricia Robin Lire la critique complète

The Hollywood Reporter

Lire la critique

In most Allen films, such as his last, Blue Jasmine, any number of supporting roles are deftly drawn and linger in the mind. Such is not the case here; as Sophie's mother, for example, Marcia Gay Harden has absolutely nothing to do, while McBurney's role is that of a mere facilitator.

Todd McCarthy Lire la critique complète

Cinéfilic

Lire la critique

Si le dernier Allen ne restera pas comme une oeuvre marquante dans la carrière du cinéaste, il n'en demeura pas moins un divertissement estival des plus plaisants... à condition de le voir pour ce qu'il est: un Woody Allen mineur.

Jean-Marie Lanlo Lire la critique complète

La Presse

Lire la critique

Pour tout dire, on ressort de cette projection avec la désagréable impression que le vénérable (et vénéré) cinéaste s'est branché sur le mode du pilote automatique.

Marc-André Lussier Lire la critique complète

Voir

Lire la critique

Quoiqu'on n'ait pas ici affaire à du grand Woody, les dialogues divertissants, le bon rythme et la grande beauté des images proposées font de Magic in the Moonlight une œuvre réussie, loin d'être ennuyante.

Valérie Thérien Lire la critique complète

Panorama-Cinéma

Lire la critique

Petit film s'assumant comme tel, ce divertissement estival table sur le charme de la photographie sobrement éblouissante de Darius Khondji, sur l'élégance avec laquelle les répliques fusent, sur l'adresse d'une écriture qui brille sans grande ambition…

Alexandre Fontaine Rousseau Lire la critique complète

Point de vues

Lire la critique

Malgré tout, il y a dans ce scénario quelques virages et pirouettes que Woody Allen maîtrise comme nul autre. Certaines répliques sont bien envoyées alors que d'autres font mouche. Il manque sans doute à ce récit un brin de folie, l'étincelle de la bonne idée, cet « eurêka! » qui vous donne envie de revoir le film par la suite et de le faire découvrir à d'autres.

Paul Landriau Lire la critique complète

Quatre trois

Lire la critique

La force et l'intelligence des dialogues sont indéniables dans Magic in the Moonlight, avec son humour acéré et vif. Une chimie palpable qui ne se ressent que dans les répliques et les personnages principaux, désertant les autres aspects du film.

Isabelle Dion Lire la critique complète

Agence QMI

Lire la critique

Visuellement, Magie au clair de lune est à des années-lumière des longs métrages actuels – pas d'effets, pas de suspense, pas d'action trépidante, de longs dialogues – et pourtant, on demeure rivé devant l'écran.

Isabelle Hontebeyrie Lire la critique complète

Le Devoir

Lire la critique

Magic in the Moonlight est meilleur au cours des deux premiers tiers de son parcours, alors que la mèche de l'intrigue n'est pas vendue et que la magie domine le jeu en ouvrant des horizons enchantés. Ensuite, Allen, après une pirouette, a manqué d'inspiration et tombe dans les codes de la romance assez convenue, à l'exception de quelques gags (les coups frappés par les esprits, repris en finale à des fins sentimentales).

Odile Tremblay Lire la critique complète

24imag

Lire la critique

Magic in the Moonlight pêche par manque d'intérêt de son scénario qui progresse avec minutie, mais sans surprise, et apparaît comme la récitation bien menée, mais sans âme, d'une série de thèmes et rebondissements convenus accompagnés par le traditionnel standard de jazz

François Jardon-Gomez Lire la critique complète