réalisateur

scénariste

studios

  • Les Cinémas de la Zone
  • RT Features
  • Rectangle Productions
  • Scope Pictures
  • Wild Bunch

distributeur

  • Les Films Séville

Images

Revues de presse

Médiafilm

Lire la critique

Portant ce projet depuis plus de dix ans, Gaspar Noé signe un film aussi ambitieux qu'audacieux. (...) Profitant d'une voix-off sereine et d'une coloration musicale particulièrement bien choisie, les cadrages doux et la direction photo fine et travaillée forgent une atmosphère aux confins de la mélancolie, percée d'accès de physicalité et de rage abrupts.

Helen Faradji Lire la critique complète

Cinéfilic

Lire la critique

Au final, il parvient à nous parler d'amour avec une sagesse et un brin de naïveté particulièrement touchants. Il ose même une petite dose de moralisme en nous rappelant que l'amour est beau et qu’il ne faut pas le saborder. Et s'il le dit avec des peaux nues, des sexes et du sperme, ce n’est pas par provocation mais parce que l'amour, c’est aussi des peaux nues, des sexes et du sperme...

Jean-Marie Lanlo Lire la critique complète

Agence QMI

Lire la critique

Mais, au contraire de Nymph()maniaque, Love ne manque pas de poésie et parfois même de sincérité, ce qui fait qu'on se laisse prendre à ces jeux amoureux.

Isabelle Hontebeyrie Lire la critique complète

Le Nouvel Obs

Lire la critique

Au-delà du concept, il n'y a pas grand-chose dans "Love" de Gaspar Noé, premier porno en 3D, en salles ce mercredi.

Pascal Mérigeau Lire la critique complète

Le Monde

Lire la critique

La désinvolture à l'oeuvre dans le traitement des personnages, l'ineptie des dialogues, la bouillie psychanalytico-morale qu'ils distillent (…) n'aident pas à se passionner pour l'intrigue.

Isabelle Regnier Lire la critique complète

L'Express

Lire la critique

Gaspard Noé dit avoir voulu filmer l'amour comme dans la vraie vie. Sans les chichis habituels du cinéma français ni les clichés du porno.

Sandra Benedetti Lire la critique complète

Le Parisien

Lire la critique

On peut être surpris, voire choqué par certaines images, mais il se dégage de cette tranche d'existence intimiste davantage de mélancolie que d'extase sulfureuse.

Hubert Lizé Lire la critique complète