Bandes-annonces & Images

Revues de presse

Médiafilm

Lire la critique

Présents dans tous les sketchs, Dujardin et Lellouche s'avèrent solides et souvent touchants. Ils sont bien secondés par leurs partenaires, dont un Guillaume Canet étonnant dans un contre-emploi et une Sandrine Kiberlain rigolote en thérapeute un peu givrée.

Louis-Paul Rioux Lire la critique complète

La Presse

Lire la critique

Ces deux segments mis à part, tout est télégraphié à l'avance. L'épilogue, tourné à Las Vegas par Dujardin et Lellouche eux-mêmes, est prévisible à souhait et distille un humour qui relève d'un autre âge - d'autant que le « punch » est « vendu » dès le prologue...

Marc-André Lussier Lire la critique complète

Journal de Montréal

Lire la critique

Bref, il ne faut pas chercher de sens profond à cet exercice de style échevelé qui verse autant dans l'humour mordant que gras et qui saute allégrement de la comédie au drame. Pourquoi bouder son plaisir?

Maxime Demers Lire la critique complète

Canoë

Lire la critique

Alors que la comédie à l'italienne a habituellement le mérite de jouir d'intelligence et d'esprit, Les infidèles semble plutôt obéir à la loi du moindre effort. Et vous atteindrez le paroxysme, le summum, le comble du ridicule lors des 15 dernières minutes du film... Franchement décevant!

Véronique Harvey Lire la critique complète

Voir

Lire la critique

Franchouillarde et machiste, cette production imaginée par Dujardin rappelle par moments les médiocres comédies grivoises où sévissait Aldo Maccione…

Manon Dumais Lire la critique complète

L'Excessif

Lire la critique

La présence de tous ces noms au générique ferait saliver n'importe qui. Oui mais voilà, surprise: le ton acide s'inscrit aux antipodes du divertissement consensuel, charriant des torrents de dialogues percutants, d'un humour, d'une lucidité et d'une cruauté à toute épreuve. Les Infidèles est étranger au bon goût comme à la mesure et on l'en remercie.

Romain Le Vern Lire la critique complète

Télérama

Lire la critique

Toutes ces histoires sont si pâlottes que les réalisateurs ont du mal à leur insuffler verve ou mélancolie.

Pierre Murat Lire la critique complète

Libération

Lire la critique

Les féministes auront de bonnes raisons de bondir en voyant à quel point le film entend faire porter aux femmes (et surtout aux épouses) le rôle très ingrat de gardiennes d'une norme conjugale dont ces messieurs, par leurs frasques, y compris homosexuelles, entendent s'affranchir.

Didier Péron Lire la critique complète

Le Parisien

Lire la critique

Notre avis : risqué, mais ça passe. La diversité des situations et leur côté électrochoc permanent captent et relancent l'attention. En dénominateur commun, Dujardin et Lellouche rétablissent une forme de continuité.

Pierre Vavasseur Lire la critique complète

L'Express

Lire la critique

Cet ensemble de sketchs brosse à l'acide la veulerie, la lâcheté et le machisme des mecs. Et c'est drôle.

Éric Libiot Lire la critique complète

Le Nouvel Obs

Lire la critique

Ce qui, plus que le message assez moralisateur, emporte au fond l'adhésion, c'est l'implication des deux acteurs qui viennent de conquérir leur légitimité mais la remettent aussitôt en jeu en y allant à fond les ballons.

Lucie Calet Lire la critique complète

Le Point

Lire la critique

Après le contenant, le contenu. Deux sketches réussis sur quatre.

François-Guillaume Lorrain Lire la critique complète

Le Monde

Lire la critique

Les Infidèles font l'effet d'une machine à remonter vers un temps qu'on ne regrette pas.

Thomas Sotinel Lire la critique complète