Bandes-annonces & Images

Revues de presse

Médiafilm

Lire la critique

Sur une trame certes mince, mais toujours guillerette et parfois chantée, l'auteur brode des situations savoureuses dans lesquelles se démènent des personnages qui le sont tout autant.

François Lévesque Lire la critique complète

The Gazette

Lire la critique

Too bad the director, Jean-Pierre Améris, didn't make his movie like quality chocolate. There's too much sweetness in this concoction: annoying, cloying, I'm-getting-a-sugar-headache.

Jeff Heinrich Lire la critique complète

Le Soleil

Lire la critique

Améris, lui-même un émotif maladif, pratique une charmante autodérision, et démontre que l'humour peut être une avenue salutaire pour venir à bout de ses « bibittes ».

Normand Provencher Lire la critique complète

Lecinema.ca

Lire la critique

Charmante comédie française qui doit presque tout aux jeux pétillants d'Isabelle Carré et de Benoît Poelvoorde, Les émotifs anonymes de Jean-Pierre Améris se déguste comme un morceau de chocolat.

Martin Gignac Lire la critique complète

Voir

Lire la critique

À partir d'un sujet délicat le concernant de très près, étant lui-même rongé par la timidité, Jean-Pierre Améris signe une comédie romantique sans prétention autre que d'amuser gentiment le spectateur. Avec une réconfortante palette de couleurs où dominent les rouges vibrants et les verts pimpants, le réalisateur crée un univers semblant tout droit sorti d'une bonbonnière.

Manon Dumais Lire la critique complète

Ruefrontenac.com

Lire la critique

Avec sa facture classique, son ton léger et ses clins d'œil aux Parapluies de Cherbourg et à On connaît la chanson en raison de son apport musical, Les émotifs anonymes possède un charme un peu désuet en dépit d'un propos toujours d'actualité.

Philippe Rezzonico Lire la critique complète

La Presse

Lire la critique

Joli, gentil, de bonne foi, il manque à cette gâterie une pincée de poivre en grains.

Aleksi K. Lepage Lire la critique complète

Le Parisien

Lire la critique

Face à Isabelle Carré, adorable, Benoît Poelvoorde n'en finit pas d'étonner, d'amuser, d'émouvoir. Et on ne se lasse pas de l'admirer.

Marie Sauvion Lire la critique complète

Le Nouvel Obs

Lire la critique

De la romance naissante entre ces deux hypersensibles, Améris tire une fable charmante, sauvée d’un excès de joliesse à la "Amélie Poulain" par sa facture modeste et de la mièvrerie qui guette par son couple d’acteurs, aussi prodigieux que bouleversants dans deux rôles casse-gueule à souhait.

Nicolas Schaller Lire la critique complète

Le Monde

Lire la critique

Auteur de ce sketch sentimental, Jean-Pierre Améris confesse faire un film quasi autobiographique, affligé qu'il est des mêmes maux que ses personnages. Aucune prétention dans ce divertissement volontairement campé dans des décors plutôt kitsch, surannés, aux couleurs de confiserie, avec hôtel vieillot, vestes en tweed, et qui ne peut fonctionner que sur les ressources comiques des deux acteurs concernés.

Jean-Luc Douin Lire la critique complète

Le Point

Lire la critique

Améris sait instiller dans son scénario quelques moments de folie cocasse bienvenus. Après l'hyperprésident, on ne doute pas que ces hyperémotifs vont avoir leur petit succès.

François-Guillaume Lorrain Lire la critique complète

Le Figaro

Lire la critique

Certes Les Émotifs anonymes n'a pas la résonance aérienne des chefs-d'œuvre de la comédie romantique américaine, tels que La Mélodie du bonheur ou Certains l'aiment chaud. Il n'empêche : voilà un petit bijou de drôlerie et de légèreté signé Jean-Pierre Améris

Olivier Delcroix Lire la critique complète