réalisateur

scénaristes

studios

  • Scott Rudin Productions
  • Michael De Luca Productions
  • Trigger Street Productions

distributeur

  • Sony Pictures

Bandes-annonces & Images

Revues de presse

Médiafilm

Lire la critique

Le scénariste Aaron Sorkin (la série The West Wing) a opté pour une construction en flashback qui impose un rythme capricieux et cultive l'ambivalence du puissant fondateur de Facebook (mésadapté social, faux-frère calculateur, « bon gars » qui s'ignore, etc.). Son récit s'enrichit d'une foule de détails révélateurs (dont un clin d'oeil à Citizen Kane), semés ici et là avec intelligence, relevés par une mise en scène pénétrante, sobre et précise.

François Lévesque Lire la critique complète

24imag

Lire la critique

Mais le film de Fincher n'est pas qu'un simple remake contemporain de Citizen Kane, dont il ne partage de toute façon pas l'esthétique. Exploitant au maximum le rythme frénétique des dialogues concoctés par Aaron Sorkin (qui relèvent de la pure screwball comedy) et son sujet lui-même (Facebook, le site des contacts virtuels), le film est le portrait fascinant d'une époque où tout se déroule très vite, où les gens sont isolés les uns des autres et préoccupés par leur propre réussite, où des garçons surdoués parviennent à ‘changer le monde' sans même soupçonner l'impact de leur création.

Bruno Dequen Lire la critique complète

Cinema Blend

Lire la critique

It's easy to see why the meticulous, technically gifted Fincher is drawn to Zuckerberg and the challenges of his story, and working from Sorkin's best script yet, Fincher has struck perfectly the balance between calculated and human filmmaking.

Katey Rich Lire la critique complète

The Los Angeles Times

Lire la critique

Despite its insistently unsexy moving parts (software, algorithms), the movie is paced like a thriller, if one in which ideas, words and bank books blow up rather than cars. It's a resonant contemporary story about the new power elite  and an older, familiar narrative of ambition, except instead of discovering his authentic self, Mark builds a database, turning his life - and ours - into zeroes and ones, which is what makes it also a story about the human soul.

Kenneth Turan Lire la critique complète

Cinema Blend

Lire la critique

David Fincher's The Social Network is not about the creation of one of the internet's most successful websites. It's not about becoming the world's youngest billionaire. It's not about greed and it's not about power. The Social Network is a film about the inescapable need for acceptance inside each one of us.

Eric Eisenberg Lire la critique complète

Joblo.com

Lire la critique

Zuckerberg is a role unlike anything Jesse Eisenberg's ever had to play, and he's downright revelatory. Watching him stripped away of his usual goofiness, or innate likability is something to behold. I've always liked him, but The Social Network will really be the film that establishes him as one of the greats of his generation.

Chris Bumbray Lire la critique complète

Lecinema.ca

Lire la critique

Ce qui impressionne d'emblée c'est que l'homme derrière Panic Room et The Game n'a plus besoin d'en mettre plein la vue avec ses jeux de caméras ou de dépenser des sommes colossales en effets spéciaux pour attirer l'attention. Il le fait dès les premières scènes avec des plans élaborés mais sans fioriture, qui vont directement au vif du sujet.

Martin Gignac Lire la critique complète

Voir

Lire la critique

Soutenant le scénario béton illustrant les mille et une zones grises animant chaque pion du procès, la mise en scène de David Fincher s'avère d'une fluidité remarquable, alternant avec subtilité chaque époque du récit construit en flashs-back et chaque point de vue de façon à rendre difficile la tâche au spectateur de porter un jugement définitif.

Manon Dumais Lire la critique complète

La Presse

Lire la critique

Leur film est divertissant, bien sous tous rapports, réalisé avec intelligence, et constitue sans contredit une production de qualité. The Social Network (Le réseau social en version française) n'est pourtant pas le chef d'oeuvre que l'ensemble de la presse américaine a déjà consacré. À vrai dire, le film de Fincher est surtout révélateur de son époque. Pour le meilleur et pour le pire.

Marc-André Lussier Lire la critique complète

USA Today

Lire la critique

Brilliantly directed by David Fincher, this provocative film probes the impetus for invention, the changing face of social interaction and the limits of friendship - the old-fashioned kind and the version linking 500 million Facebook users.

Claudia Puig Lire la critique complète