réalisateur

producteur

scénariste

studios

  • Quat'sous Films
  • Scope Pictures
  • Vertigo Films
  • Wild Bunch

distributeur

  • Métropole Films Distribution

Bandes-annonces & Images

Revues de presse

Médiafilm

Lire la critique

L'expressive et vulnérable Adèle Exarchopoulos porte à ce point le film sur ses épaules que Kechiche a décidé de rebaptiser en son honneur la protagoniste, nommée Clémentine dans la BD.

Louis-Paul Rioux Lire la critique complète

Le Soleil

Lire la critique

La vie d'Adèle est d'abord affaire d'identification. Tout le monde a vécu ce puissant ravissement de l'amour qui naît, puis l'intolérable douleur quand il se défait. Ce n'est pas le but, mais il fera aussi oeuvre utile en démontrant que l'amour est bon, peu importe son identité sexuelle. Simplement la vie, qu'on disait. Et un pur ravissement.

Éric Moreault Lire la critique complète

Agence QMI

Lire la critique

Si ce long métrage, « palmedorisé » à Cannes en mai dernier, ne possède qu'une force, c'est bien celle de révéler Adèle Exarchopoulos. Alors, merci à Kechiche pour ce magnifique cadeau.

Isabelle Hontebeyrie Lire la critique complète

24imag

Lire la critique

Qualifier le cinéma de Kechiche de cinéma-glouton ne saurait imager fidèlement la fougue, la violence et l'intelligence qui se côtoient dans chacun des plans de ce marathon émotionnel qu'est La vie d'Adèle, palmé d'or à Cannes cette année.

Céline Gobert Lire la critique complète

Panorama-Cinéma

Lire la critique

En soi, cette manière qu'a Kechiche de positionner les forces émotionnelles de son oeuvre demeure l'une de ses plus grandes qualités.

Mathieu Li-Goyette Lire la critique complète

Cinéfilic

Lire la critique

Rarement a-t-on filmé le désir amoureux d'une telle façon (enfin, à l'époque post Persona). La caméra enlace le corps des comédiennes, ne lésinant sur aucun détail.

Martin Gignac Lire la critique complète

Affaire de gars

Lire la critique

Au final, je n'ai pas peur de dire que La vie d'Adèle chapitres 1 & 2 m'a profondément bouleversé, comme peu d'œuvres l'ont fait jusqu'à présent cette année. Pardonnez la rudesse de mes mots, mais sa grande sincérité est venue me chercher jusqu'au fond des tripes. Bref, à ne surtout pas manquer!

Philippe Michaud Lire la critique complète

La Presse

Lire la critique

Abdellatif Kechiche a pu mêler son propre univers à celui de l'auteure et pousser sa démarche encore plus loin, jusqu'à atteindre des sommets de vérité.

Marc-André Lussier Lire la critique complète

Télérama

Lire la critique

Ils peuvent bien s'engueuler, à présent, le réalisateur et ses actrices, cette trinité-là, qui a fait naître un chef-d'oeuvre, est indivisible. Parce que c'était lui, parce que c'étaient elles.

Aurélien Ferenczi Lire la critique complète

Le Parisien

Lire la critique

Portée par un irréprochable duo d'actrices, cette oeuvre a de fortes chances d'attirer des foules de jeunes gens qui se reconnaîtront dans cette quête.

Pierre Vavasseur Lire la critique complète

Le Nouvel Obs

Lire la critique

Alors ? Eh bien, depuis ses débuts, Kechiche fait un cinéma qui lui est propre, et dans son nouveau film il obtient de ses actrices ce que les autres cinéastes ne prétendent pas même rechercher, qui se situe à l'opposé de ce que d'ordinaire elles donnent.que le cinéma peut offrir comme manières de cerner l'âme humaine est ici utilisée.

Pascal Mérigeau Lire la critique complète

Le Monde

Lire la critique

Multiplicité des axes, deux caméras parfois pour une même séquence, gros plans saisissants, toute la palette de ce que le cinéma peut offrir comme manières de cerner l'âme humaine est ici utilisée.

Frank Nouchi Lire la critique complète

Le Nouvel Obs

Lire la critique

Tout en étant des archétypes, Adèle et Emma existent si fort que le film semble fait de moments volés. De sa caméra-scalpel, le cinéaste traque en gros plan la vérité des émotions, poussant ses comédiennes dans leurs retranchements.

Olivier Bonnard Lire la critique complète

Libération

Lire la critique

La Vie d'Adèle n'est pas une réflexion autour du concept de relativité, mais c'est un très grand film de physique humaine ; il étudie, avec la même capacité de profondeur et de vertige que les plus puissants télescopes observant les confins de l'univers, les mystères insondés du corps et du visage humains.

Olivier Séguret Lire la critique complète

Le Point

Lire la critique

Le film sera donc une éducation sentimentale d'une cruauté toute flaubertienne, et les scènes de sexe ne servent pas un quelconque goût de la provocation mais un récit charnel et poétique, une sublime histoire d'amour.

Florence Colombani Lire la critique complète