réalisateur

scénariste

studio

  • Karaman Production

distributeur

  • K-Films Amérique

Bandes-annonces & Images

Revues de presse

Médiafilm

Lire la critique

Des idées mal exprimées, des intentions inabouties et un climat d'apathie profonde pèsent comme une chape de plomb sur ce second long métrage d'Onur Karaman.

Martin Bilodeau Lire la critique complète

Séquences

Lire la critique

Ces idées de résistance sont peut-être bonnes et multiples, mais bien loin de réconcilier l'ici et l'ailleurs, Karaman préférant le repli sur soi ou encore mieux la fuite.

Élie Castiel Lire la critique complète

La Presse

Lire la critique

Une douloureuse mélancolie traverse Là où Atilla passe..., deuxième film d'Onur Karaman qui nous avait donné La ferme des humains en 2013. Et ça se passe surtout dans les yeux d'Atilla (émouvant Émile Schneider), un jeune homme un peu à la dérive, hanté par la rupture brutale d'avec ses origines.

Chantal Guy Lire la critique complète

Cinéfilic

Lire la critique

Pourtant, il nous n'avons pas envie de dire trop de mal de ce petit film tant il dégage un charme particulièrement réjouissant. Il nous reste donc à espérer qu'Onur Karaman continue son évolution en faisant encore fructifier ses qualités, et en continuant à limiter ses défauts.

Jean-Marie Lanlo Lire la critique complète

Agence QMI

Lire la critique

Plus que de solitude, d'isolement ou d'aliénation, Onur Karaman parle d'abord d'ouverture, et c'est ce cheminement, effectué avec beaucoup de douceur, qui fascine. 

Isabelle Hontebeyrie Lire la critique complète

Cinémaniak.net

Lire la critique

Autant d'idées de scénario qui, sur le papier, sont de gros points positifs… mais qui peinent malheureusement à exister dans le produit final. C'est fort dommage d'autant que le réalisateur semble avoir appris de ses erreurs de La ferme des humains qui usaient trop de technique.

. Cinémaniak Lire la critique complète

Le Soleil

Lire la critique

Là où Atilla passe est un film très humain, porteur d'espoir, bien interprété et réalisé avec brio.

Éric Moreault Lire la critique complète