Bandes-annonces & Images

Revues de presse

Médiafilm

Lire la critique

Très crédible en Paul Rose, Vincent-Guillaume Otis se démarque, mais le jeu souvent chargé des interprètes, surtout ceux qui campent les "vilains", provoque de regrettables ruptures de ton.

Jean Beaulieu Lire la critique complète

Le Soleil

Lire la critique

En définitive, La maison du pêcheur manque d'envergure et, surtout, de tension dramatique.

Éric Moreault Lire la critique complète

La Presse

Lire la critique

Pour le reste, La maison du pêcheur est un bon film grand public, manichéen à souhait, mais captivant, qui ne manque pas de cohérence ni d'élan.

Nathalie Petrowski Lire la critique complète

Agence QMI

Lire la critique

L'absence de couleurs (le film est présenté en noir et blanc) apporte un certain réalisme au récit, considérant que les faits se sont déroulés en 1969.

Véronique Harvey Lire la critique complète

Affaire de gars

Lire la critique

Sans grande surprise, le récit comporte beaucoup de personnages. Toutefois, les motivations de chacun sont bien exposées et, dans l'ensemble, le tout demeure cohérent.

Philippe Michaud Lire la critique complète

Séquences

Lire la critique

De plus, si le traitement réservé au quatuor central, montré ici comme le clan des justes, permet au film d'appréhender la tension de la dimension historique, il en est tout autre des locaux, montrés comme de joyeux empêcheurs de révolutionner en rond.

Charles-Henri Ramond Lire la critique complète