Bandes-annonces & Images

Revues de presse

Médiafilm

Lire la critique

es auteurs sont parvenus à un habile dosage entre drame et légèreté, au sein d'un récit bien charpenté, qui célèbre avec enthousiasme la vie, le sens de la solidarité et le dévouement du personnel soignant français.

Louis-Paul Rioux Lire la critique complète

Voir

Lire la critique

Film au sujet douloureux orchestré de main de maître par Donzelli, La guerre est déclarée s'avère une éclatante histoire d'amour porteuse d'espoir à laquelle on ne peut résister.

Manon Dumais Lire la critique complète

Télérama

Lire la critique

Il y a quelques années encore, La guerre est déclarée aurait été accueilli avec une sympathie indulgente. Qu'il suscite, aujourd'hui, le délire prouve à quel point seul le fond l'emporte désormais. Dans le cinéma français actuel, la mise en scène semble trop souvent une valeur en chute libre...

Pierre Murat Lire la critique complète

Journal de Montréal

Lire la critique

Donzelli a de plus opté pour une mise en scène éclatée, marquée par un grand souci d'esthétisme (couleurs vives, ralentis) et une trame musicale éclectique et résolument moderne.

En résulte une proposition de cinéma aussi intéressante qu'accessible, et aussi divertissante que bouleversante. Un film à voir absolument!

Maxime Demers Lire la critique complète

The Gazette

Lire la critique

La guerre est déclarée is an enthralling, heart-wrenching and thrilling film, told with disarming honesty and seductive flair.

T'Cha Dunlevy Lire la critique complète

Télérama

Lire la critique

C'est une longue épreuve que traversent les protagonistes, transformée aujourd'hui en geste créatif, catharsis pour eux, exorcisme pour le spectateur. Le cinéma américain a ses superhéros, aux multiples pouvoirs. Le cinéma français a, de temps à autre, ses héros du quotidien. Ils élèvent modestement l'humanité, à défaut de la sauver. On a tout à fait le droit de les admirer.

Aurélien Ferenczi Lire la critique complète

Lecinema.ca

Lire la critique

Malgré un rythme qui se relâche quelque peu dans la dernière ligne droite et une finale un tantinet trop explicative, La guerre est déclarée est un véritable bonheur, un baume sur les plaies qui fait encore plus de bien que 50/50 et Restless.

Martin Gignac Lire la critique complète

Le Nouvel Obs

Lire la critique

Comment décrire ce Full Metal Jacket des couloirs d'hosto qui enchante tous ceux qui le voient ? En le tenant pour ce qu'il est : un film d'amour et d'action que son inépuisable énergie pop préserve de tout pathos.

Lucie Calet Lire la critique complète

Le Parisien

Lire la critique

C'est un drame bouleversant mais jamais désespérant, qui vous emporte comme un film d'action. Doté d'un humour salvateur et d'une distribution épatante, le deuxième long-métrage de Valérie Donzelli, qui s'inspire de sa propre histoire, raconte avec pudeur le combat intime d'un couple.

Marie Sauvion Lire la critique complète

Libération

Lire la critique

Pourquoi La guerre est déclarée nous a tapé dans l'oeil au point de lui consacrer les pages «Evénement» de Libération ? Parce que dans le paysage «névrogène» et bien rangé du cinéma français, il secoue, réveille, se démène de toutes ses forces, hurle à la mort et rit à la joie, fait désordre, imposant, y compris dans ses manières de procéder (de sa production à son montage), un style dyslexique revendiqué et inédit. Certainement une tragédie, assurément une comédie.

Gérard Lefort Lire la critique complète

Le Point

Lire la critique

Cette formule, réalisme plus fantaisie, est la clé de l'emballement pour ce film juste, tellement juste, qui donne envie de se battre et d'espérer. Les qualificatifs fleurissent. Hymne à la vie. Déclaration de guerre à la mort. Tourbillon de fantaisie, de gaieté. Vous avez bien lu, de gaieté. À la fin des projections, le public se sent bien et se lève pour applaudir. Car voilà un film gonflé, très gonflé, qui va booster le cinéma français pour quelques mois.

François-Guillaume Lorrain Lire la critique complète

Le Monde

Lire la critique

Mais la légèreté fantasque des chansons, des gags incongrus, y compris dans les moments les plus noirs, des cassures de rythme, maintiennent le film sur le terrain d'une poésie enchantée ouvertement héritière de Jacques Demy.

Isabelle Regnier Lire la critique complète