Bandes-annonces & Images

Revues de presse

Médiafilm

Lire la critique

Le scénario de Courtemanche est certainement en cause : son récit mou et verbomoteur est paradoxalement avare d'informations pertinentes sur les motivations profondes des personnages. Les théâtrales scènes de repas en famille, à cet égard, sonnent faux et appuyé.

Martin Bilodeau Lire la critique complète

The Gazette

Lire la critique

There are some great performances, starting with veteran thespian Godin as a man looking on in horror as he loses control of his body. He's able to convey a remarkable amount even though his role has him speaking with great difficulty. Lachapelle, as his wife, is a powerhouse of quiet strength, and Schneider is memorable as the rebellious teen with a deep connection to his grandfather.

Brendan Kelly Lire la critique complète

Lecinema.ca

Lire la critique

Pourtant, rapidement, ce n'est pas l'essence du drame qui émane, mais plutôt celui du rire, de l'absurde. Ces gens campés par de très bons acteurs (Marie-France Lambert, Benoit Gouin, etc.) sont des stéréotypes démonstratifs, des personnages presque issus du théâtre, rappelant Feydeau mais également Tchekhov.

Martin Gignac Lire la critique complète

Voir

Lire la critique

Très fidèle à l'esprit du roman de Gil Courtemanche, où André est sans cesse rattrapé par ses souvenirs d'enfance, La Dernière Fugue croule sous les flash-back à répétition. Bien que ceux-ci nous libèrent momentanément des propos hargneux de cette famille irascible - où est donc le regard tendre que la cinéaste pose habituellement sur ses personnages? -, ils ne font que freiner l'élan narratif.

Manon Dumais Lire la critique complète

La Presse

Lire la critique

Pool, intelligente, ici cinéaste « populaire » au sens le plus noble du terme, a pondu, à partir du roman de Courtemanche une oeuvre cinématographique unique, très proche du théâtre : dialogues magnifiques et admirablement rendus par des acteurs dirigés par une véritable artiste qui connaît la technique.

Aleksi K. Lepage Lire la critique complète