Bandes-annonces & Images

Revues de presse

Médiafilm

Lire la critique

Le récit inabouti, au plan dramaturgique, avance laborieusement, en équilibre précaire entre une vision clinique, honnête, de la maladie d'Alzheimer, bien illustrée par le jeu sensible du grand Marcel Sabourin, et sa représentation poétique, quasi angélique, avec sa fin ouverte dans un brouillard commode.

Martin Bilodeau Lire la critique complète

Le Soleil

Lire la critique

Le réalisateur et coscénariste (avec Michael Ramsey) a su, avec beaucoup de doigté, proposer des personnages qui ont une profonde résonance dramatique.

Éric Moreault Lire la critique complète

La Presse

Lire la critique

Ces quelques écueils ne viennent toutefois pas entraver l'émotion, qui subtilement, s'installe au détour d'un geste, d'un regard, d'une interrogation silencieuse.

Marc-André Lussier Lire la critique complète

Films du Québec

Lire la critique

Notons toutefois la beauté des images de Steve Asselin, cadrant adroitement Henri dans les errances de sa maladie, que la métaphore assimile ici aux dédales d'une forêt dense et mystérieuse. Ces scènes sont les plus beaux moments de L'autre maison, un drame chargé d'émotions mais à demi convaincant seulement.

Charles-Henri Ramond Lire la critique complète

Cinéfilic

Lire la critique

Dans le rôle du patriarche, Marcel Sabourin offre une performance sans failles. Roy Dupuis, Émile Proulx-Cloutier et Florence Blain Mbaye sont quant à eux d'une sobriété qu'il faut souligner

Miryam Charles Lire la critique complète

Affaire de gars

Lire la critique

Avec L'autre maison, Mathieu Roy nous montre un portrait humain et très personnel de la maladie d'Alzheimer. En somme, son premier long métrage de fiction est une réelle réussite. Espérons qu'il répète bientôt l'expérience!

Philippe Michaud Lire la critique complète