réalisateur

scénariste

studio

  • Focus Features

distributeur

  • Alliance Vivafilm

Bandes-annonces & Images

Revues de presse

Médiafilm

Lire la critique

Ce captivant western dans les Abruzes mâtiné de thriller psychologique séduit l'oeil et l'oreille, grâce d'une part à la mise en scène stylisée mais sans effets inutiles d'Anton Corbijn, d'autre part à la partition pianistique de Herbert Grönemeyer, qui donne à l'ensemble une atmosphère trouble et sourde.

Martin Bilodeau Lire la critique complète

24imag

Lire la critique

Dans The American, le rapprochement physique entre deux êtres solitaires est un événement sérieux, et probablement le coeur du film. Seule la crédibilité d'une telle attirance permet de justifier la détresse subite apparaissant dans le regard de Clooney lors d'un plan sublime qui restera longtemps en mémoire. Car ne serait-ce que pour ce regard, il faut voir The American.

Bruno Dequen Lire la critique complète

Lecinema.ca

Lire la critique

D'une lenteur pleinement assumée, The American est un plaisir incommensurable pour les sens tout en étant un fascinant hommage aux films noirs des années 1950 et 1960. Bien que les amateurs d'action seront déçus, les autres y trouveront largement leur compte au sein de cette oeuvre contemplative à souhait.

Martin Gignac Lire la critique complète

The Gazette

Lire la critique

The most American thing about Anton Corbijn's superb suspense thriller The American is its title.

John Griffin Lire la critique complète

La Presse

Lire la critique

The American est présenté comme un thriller. Si c'est le cas, rarement thriller aura été aussi engourdi. Le film d'Anton Corbijn, film d'auteur plus que film d'action, est en réalité un drame dans lequel on suit un tueur à gages à la dérive dans un long et lent voyage existentiel.

Sonia Sarfati Lire la critique complète

Le Soleil

Lire la critique

Loin de ses rôles de séducteur et de cabotineur, George Clooney réussit à faire croire avec une belle économie de moyens à ce personnage de tueur à gages sur la voie d'une rédemption tardive.

Normand Provencher Lire la critique complète

Cinema Blend

Lire la critique

Everything about it, from the placid camerawork and minimal dialogue to the ancient Italian settings, asks you to settle down into an earlier time. Director Anton Corbijn is not afraid to bore his audience in what's essentially a character study about a career assassin, and while he and Clooney happen upon some striking visuals and dig up a few interesting ideas, the flashy visuals tend to say a lot more than the story itself.

Katey Rich Lire la critique complète

USA Today

Lire la critique

Clooney has excelled in serious roles - notably in Michael Clayton and Syriana. But his Jack, a brooding assassin seeking redemption, is a bigger departure, and he pulls it off well. It is easily his most pared-down performance, a throwback to the taciturn gunslingers of Westerns.

Claudia Puig Lire la critique complète

Variety

Lire la critique

The tough-cool tradition of classic French crime dramas lives in Anton Corbijn's thriller, The American, until oddities and an unbelievable love story render it soft and nearly forgettable.

Robert Koehler Lire la critique complète

The New York Times

Lire la critique

A good deal of The American is devoted to the patient examination of Mr. Butterfly at work. He plies his trade with meticulous care, weighing, measuring, disassembling and tweaking his special gun with artisanal devotion. And the virtues of the film itself are those of craft rather than art. Its precision is impressive and fussy rather than invigorating.

A. O. Scott Lire la critique complète

Joblo.com

Lire la critique

I think it would be highly unlikely for someone as talented as Corbjn to make a bad film, especially if paired with a talent like George Clooney. Sure enough, The American is a good film, but not much more than that.

Chris Bumbray Lire la critique complète

Voir

Lire la critique

Avec son rythme langoureux, sa mise en scène impressionniste et sa musique mélancolique signée Herbert Grönemeyer, ce second long métrage d'Anton Corbijn s'avère n'être pas tant un thriller qu'une étude de caractère, le portrait d'un antihéros rongé par la solitude mais hésitant à baisser la garde.

Kevin Laforest Lire la critique complète