réalisateur

scénariste

distributeur

  • Estfilmindustri

Liens

Images

Revues de presse

Médiafilm

Lire la critique

Ce film-laboratoire du réalisateur de Camion s'amuse à brouiller la frontière entre documentaire et fiction. Or, l'exercice oscille entre banalité et prétention, malgré des images expressives et une musique envoûtante.

Médiafilm Lire la critique complète

La Presse

Lire la critique

L'auteur-cinéaste parvient à capter de façon très juste l'état d'esprit de jeunes personnes s'apprêtant à franchir une nouvelle étape de leur vie, dans le contexte encore plus particulier d'un village situé « en région ».

Marc-André Lussier Lire la critique complète

Voir

Lire la critique

Il se dégage de Finissant(e)s un regard nostalgique sur une étape où, devant cette nouvelle réalité qui les propulse dans le monde adulte, ces jeunes, parfois insouciants, tantôt incertains, songent à leur avenir. Ainsi, c'est lorsque Ouellet joue la carte de l'observateur que son essai filmique réussit le mieux.

Alexandre Duguay Lire la critique complète

Cinéfilic

Lire la critique

Si nous considérons Finissant(e)s comme une docufiction comme les autres, il n'est pas vraiment réussi. Par contre, si on le considère comme un “film laboratoire” destiné à nous faire réfléchir sur les raisons qui peuvent pousser à faire un film (et sur le processus de création, du désir initial au produit fini), il devient passionnant.

Jean-Marie Lanlo Lire la critique complète

Films du Québec

Lire la critique

Film au climat hétéroclite dans lequel on peine à ressentir le désarroi ou l'inquiétude des protagonistes, Finissant(e)s souffre en outre de sa comparaison avec New Denmark, oeuvre plus sûre et plus aboutie, qui possédait une aura mystérieuse et poétique lui procurant une prégnance beaucoup plus marquante.

Charles-Henri Ramond Lire la critique complète

Séquences

Lire la critique

Filmé comme un documentaire, scénarisé comme une fiction et monté à la manière d'un film expérimental, Ouellet propose ici quelques morceaux d'un puzzle complexe, et laisse au spectateur le travail de reconstitution.

Charles-Henri Ramond Lire la critique complète