Images

Revues de presse

Médiafilm

Lire la critique

La mise en scène agile oppose judicieusement l'horreur des actes à la beauté des images et l'interprétation s'avère convaincante.

Médiafilm Lire la critique complète

Ruefrontenac.com

Lire la critique

Fable sur la justice, le racisme, les classes sociales et la religion, Délivrez-nous du mal est un film très réussi rempli de scènes marquantes qui se termine par un rebondissement digne des meilleurs polars.

Martin Bisaillon Lire la critique complète

The Gazette

Lire la critique

What follows is a battle between the forces of good and evil and a descent into hell. Those with the stomach for human behaviour at its most elemental will not want to miss a moment of it.

John Griffin Lire la critique complète

Lecinema.ca

Lire la critique

Le tout ne pourrait qu'être lourdeur et barbarie si le metteur en scène n'y insufflait pas une bonne part d'humour et d'autodérision. Cette descente aux enfers s'apparente à un grand opéra rock onirique, une mise en garde face aux dérives des valeurs d'une société de plus en plus coupée des autres et centrée sur elle-même. Un conte, aussi absurde qu'imprévisible, que vient embrasser une superbe réalisation stylisée, des comédiens généralement crédibles et une féroce charge sociale. L'antidote à toutes les productions sans âme qui polluent à chaque semaine.

Martin Gignac Lire la critique complète

La Presse

Lire la critique

Tout celà ne peut que mal finir. Admirablement filmé par un cinéaste qui a de l'oeil, Deliver Us From Evil pose mille questions aux réponses impossibles. Ce film est une provocation. Et qui n'aime pas être provoqué?

Aleksi K. Lepage Lire la critique complète

Voir

Lire la critique

Le réalisateur danois Ole Bornedal propose un film résolument subversif sur les thématiques de la xénophobie et de l'incommunicabilité. L'aisance dont il fait preuve dans sa réalisation, de même que l'extrême qualité des interprètes et de la direction photo, nous rend pratiquement sympathique la logique misanthropique du récit.

Guillaume Fournier Lire la critique complète