Bandes-annonces & Images

Revues de presse

Médiafilm

Lire la critique

La mise en scène précise, aux cadres très étudiés, exploite de façon fort expressive de vastes paysages québécois fouettés par le vent et la neige. Misant sur la sobriété et l'intériorisation, Emmanuel Bilodeau livre une brillante prestation, face à sa fille Philomène qui, à ses débuts au grand écran, fait montre de beaucoup de naturel et de sensibilité.

Louis-Paul Rioux Lire la critique complète

La Presse

Lire la critique

Avec son rythme lent, ses plans qui respirent et un récit aux ficelles parfois un peu lâches, Curling n'est évidemment pas appelé à fracasser des records de box-office. Il devrait néanmoins amener un nouveau public à Denis Côté, star d'un cinéma d'auteur dont l'écho résonne plus fort à l'étranger que dans son coin de pays.

Marc-André Lussier Lire la critique complète

The Gazette

Lire la critique

But the real reason this might reach an actual audience in Quebec is the performances by Emmanuel Bilodeau, who manages to make this dysfunctional dad somehow endearing, and Bilodeau's real-life daughter Philomène, who is also very good in her first film role, making a real impression even though she speaks sparingly throughout the film.

Brendan Kelly Lire la critique complète

Lecinema.ca

Lire la critique

Confier le rôle principal à Emmanuel Bilodeau s'avérait une excellente idée. Le comédien trouve là un de ses meilleurs rôles en carrière, lui qui sait être à la fois touchant et inquiétant. Avec sa moustache ridicule, son personnage aurait pu sombrer dans la farce, ce qui n'est heureusement jamais le cas.

Martin Gignac Lire la critique complète

Voir

Lire la critique

Baigné d'une enveloppante grisaille hivernale et peuplé de personnages pittoresques, tels le truculent propriétaire du bowling de Roc LaFortune et la savoureuse tenancière de motel adepte du curling de Muriel Dutil, Curling évoque avec bonheur le cinéma québécois des années 70,.

Manon Dumais Lire la critique complète