Bandes-annonces & Images

Revues de presse

Médiafilm

Lire la critique

Malgré la sobriété du traitement et le rythme peu trépidant, Assayas maintient la tension et la fait subtilement grimper au moment opportun, comme par exemple lors de la prise d'otages des ministres de l'OPEP. Bien secondé par une distribution cosmopolite, Edgar Ramirez, dans le rôle-titre, est remarquable, tant par sa présence physique que par la subtilité de son jeu.

Manon Dumais Lire la critique complète

24imag

Lire la critique

Il reste que, même dans sa version cinéma, Carlos est un formidable pari, celui de dépeindre par l'entremise du portrait d'un seul homme, les multiples ramifications entre les pouvoirs économiques et politiques, les aspirations révolutionnaires et individuelles, les enjeux mondiaux qui allaient aboutir à la mondialisation que nous vivons aujourd'hui.

Éric Fourlanty Lire la critique complète

The New York Times

Lire la critique

The disparity between the original and copy might have been necessary to finance a 330-minute look back at a moldering terrorist, but a glammed-up Carlos also allows Mr. Assayas to get close to the character, showing you the idealist-turned-mercenary in his self-regarding element as the filmmaker takes the longer, cooler, intellectual view.

Manohla Dargis Lire la critique complète

The Gazette

Lire la critique

But it's not just a portrait of Carlos. It's also a revealing (and disturbing) look at the geo-politics of terrorism in the '70s and '80s, an era in which European terrorist groups thrived thanks in part to their cozy relationship with the leaders of many countries in the Middle East and the former Soviet Union.

Brendan Kelly Lire la critique complète

Le Point

Lire la critique

L'occasion, pour ceux qui ne l'ont pas encore vu, de découvrir l'une des oeuvres les plus passionnantes du cinéma français récent.

Olivier De Bruyn Lire la critique complète

The Los Angeles Times

Lire la critique

Puisqu'il n'est pas encore certain que l'on pourra voir un jour l'intégralité de Carlos dans une salle de cinéma, il faut donc aller voir Carlos, le film. C'est une expérience épuisante, électrisante ; un voyage dans le temps qui force à quitter le présent, à se colleter avec un passé qui, pour tout spectateur de plus de 40 ans, reste familier, puis à revenir à notre monde pour y retrouver les traces de cette épopée dérisoire.

Thomas Sotinel Lire la critique complète

Télérama

Lire la critique

Inconvénient de ces ellipses expéditives : la disparition de beaux moments de digression - les séquences hongroises et leurs parenthèses comiques, par exemple. Avantage : le film gagne un surcroît d'énergie. Ça va vite, très vite, au son du rock fiévreux des Feelies et de Wire.

Samuel Douhaire Lire la critique complète

Le Nouvel Obs

Lire la critique

Les enjeux politiques et biographiques, l'énergie rock de la mise en scène, le charisme animal d'Edgar Ramírez (dans le rôle-titre) y sont intacts.

Nicolas Schaller Lire la critique complète

La Presse

Lire la critique

D'un point de vue cinématographique, Assayas accouche en effet d'un film très maîtrisé, tant sur le plan de la forme qu'au chapitre du récit. La mise en scène, très fébrile, reflète en tous points l'époque où a sévi le célèbre terroriste.

Marc-André Lussier Lire la critique complète

Voir

Lire la critique

Outre la violence liée au sujet, complexe et prodigieusement raconté, de Carlos, ce qui frappe dans cette magistrale leçon d'histoire que nous propose Olivier Assayas, c'est l'authenticité de sa démarche.

Manon Dumais Lire la critique complète