réalisateur

producteur

studio

  • Manchester Films

distributeur

  • Métropole Films Distribution

Bandes-annonces & Images

Revues de presse

Médiafilm

Lire la critique

Le scénario, brillamment construit en une sorte de conte macabre elliptique propulsé par une prémisse joyeusement absurde, dénonce sans ambages l'injustice et l'aveuglement social, ce dernier élément étant exploité aussi bien au sens figuré que propre.

Martin Bilodeau Lire la critique complète

La Presse

Lire la critique

Truffé aussi de participations prestigieuses (parmi lesquelles celles de Jean Dujardin, Terry Gilliam et Gaspar Noé), 9 mois ferme pratique l'humour macabre et méchant avec coeur. Un genre d'exploit en somme.

Marc-André Lussier Lire la critique complète

Le Parisien

Lire la critique

La force de Neuf mois ferme, c'est de pousser tous les curseurs pour faire surgir, comme un papier photographique plongé dans un bain de révélateur au temps de l'argentique, une énorme émotion.

Pierre Vavasseur Lire la critique complète

Séquences

Lire la critique

9 mois ferme est un grand rire garanti, intelligent parce que calibré à point, superbement mené par des comédiens exceptionnels qui ont un plaisir fou à simplement déconner, par plaisir, par instinct, pour nous emmerder; et nous en redemandons.

Élie Castiel Lire la critique complète

Affaire de gars

Lire la critique

Si vous avez envie de vous éclater au cinéma, 9 mois ferme est la comédie tout indiquée. Brève, mais intense, elle vous charmera. Quoi ajouter de plus pour vous convaincre d'aller voir ce merveilleux film?

Philippe Michaud Lire la critique complète

Agence QMI

Lire la critique

On rigole donc franchement - tout en hurlant intérieurement à certaines scènes montrant des situations particulièrement dures - devant l'absurdité de toute cette histoire.

Isabelle Hontebeyrie Lire la critique complète

Télérama

Lire la critique
On ne savait pas qu'il y avait, en France, un cinéaste capable d'égaler Blake Edwards dans son goût du burlesque et son art à transformer la grossièreté en élégance. Pierre Murat Lire la critique complète

Télérama

Lire la critique

On savait qu'il ne détestait pas occuper tout l'espace dans ses films, entièrement dédiés à sa folie supposée. Mais on n'imaginait pas qu'Albert Dupontel irait jusqu'à se mettre en scène comme l'ultime objet du désir, l'unique chose qui manque à une femme brillante et autonome.

Louis Guichard Lire la critique complète

L'Express

Lire la critique

Si les zygos dansent la samba, si le film évite la trivialité gratuite, c'est grâce au soin maniaque -façon Blake Edwards- que porte notre mini Terry Gilliam national au cadre et à la mise en scène.

Laurent Dijan Lire la critique complète

Le Nouvel Obs

Lire la critique

Dupontel s'apprête à élargir un public qu'il va, certes, faire pleurer de rire. Mais aussi rire et pleurer.

Sophie Grassin Lire la critique complète

Le Monde

Lire la critique

 Au nom du peuple, monsieur Dupontel, merci pour ce moment de cinéma jubilatoire !

Frank Nouchi Lire la critique complète