Affiche du film  Zathura
© Sony Pictures

Zathura

Version en français
v.o.a. : Zathura
10 novembre 2005

Jeu de destruction massive

Photo Par Karl Filion
Un autre film pour les enfants, surtout pour les garçons, qui sait apparemment comment piquer leur curiosité et conserver leur intérêt. Une aventure intersidérale prenante et efficace, surtout parce que le réalisateur prend sa responsabilité au sérieux.

Le réalisateur Jon Favreau (Elf) s'attaque à l'adaptation cinématographique d'un autre livre de Chris Van Allsburg, auteur de Jumanji et de Le Boréal-Express.

Zathura, un livre qui date de 2003 et qui reprend tout-à-fait le même concept que Jumanji : des enfants trouvent un jeu mystérieux aux conséquences plus vraies que nature. Et une fois commencé, c'est un jeu qu'il faut terminer, malgré tous les dangers et les créatures visqueuses et probablement sanguinaires rencontrées en chemin.

Le scénario de David Koepp (La guerre des mondes, Spider-man) adapte donc le livre de Van Allsburg pour le grand écran. Zathura suit la même logique que Jumanji, seulement c'est l'espace qui est ici le théâtre des mésaventures des deux héros. Au menu : des comètes, des robots-tueurs, des extra-terrestres aux allures de tyrannosaures et un astronaute. Parfait pour impressionner les enfants, surtout les garçons, qui vivront probablement une aventure à la hauteur de leur imagination. Et pour les adultes, disons simplement que l'aventure est enivrante même si elle paraîtra par moments un peu redondante. Il manque souvent d'un peu de créativité à Zathura, plusieurs éléments sont empruntés à des films plus anciens, que les enfants n'ont possiblement pas vus, mais que leurs parents connaissent. Espérons aussi que les enfants feront fi de quelques longueurs vers la fin du film.

Zathura compte beaucoup sur la frimousse de son jeune acteur principal, Jonah Bobo qui, à huit ans à peine, porte presque le film sur ses épaules. Ce n'est pas la présence éclair de Tim Robbins qui le fera, ni les quelques scènes un peu factices avec l'astronaute Dax Sheppard. Son frère plus vieux, Josh Hutcherson, 13 ans, y va aussi d'une bonne performance, mais moins soulignée à la fois par la réalisation et le scénario. C'est vraiment sur le plus petit qu'on a choisi de se concentrer, en lui offrant les missions les plus importantes et les répliques les plus réussies. C'est d'ailleurs grâce à la complicité – ou son absence – entre les deux frères que le film peut parfois ralentir le rythme effréné de cette aventure spatiale qu'on n'aurait pas souhaitée moins « galactique », ni moins perceptiblement réelle : les effets-spéciaux sont le plus souvent possible fait manuellement, sans images de synthèse. Et cet aspect plaira sans doute.

Le réalisateur Jon Favreau a choisi de prendre son rôle au sérieux et de ne pas « simplement » faire un film pour enfants. Bien sûr, ils sont le premier public du film; tous les éléments, incluant une morale même pas sous-entendue et un acharnement sur la grande soeur, leurs sont destinés et viseront sans doute juste, mais l'imaginaire exploré ici est plus sérieux que seulement fantaisiste. Et, pour une fois, la tension est réelle même si les conséquences sont moins graves que dans les films pour adultes. Une réalisation plus pratique qu'artistique, qui poursuit en tout cas l'objectif avoué de Zathura : faire vivre un voyage spatial à grand déploiement, tout-inclus, tout-compris.

L'expérience semble donc parfaitement adaptée aux enfants. Le film est à la fois intense et amusant. Il pourra être un peu effrayant pour les plus jeunes à cause de son ambiance très sombre, mais les valeurs qu'il transporte plairont certainement aux parents. Difficile de ne pas apprécier un film qui rend les jeunes spectateurs de la salle si audiblement enchantés.
Partager sur : Twitter Facebook
Photo Karl Filion

Mes dernières critiques

Alexandre et sa journée épouvantablement terrible, horrible et affreuse
Le juge
Les apparences
Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire
2 temps 3 mouvements
Qu'est-ce qu'on fait ici?
L'épreuve : Le labyrinthe
Aimer, boire et chanter
Site conçu et développé par Logo Libéo
Représentation publicitaire par Logo Moviefone
© 2016 Média Happy Geeks inc. Tous droits réservés.