Affiche du film  Walk the Line
© 20th Century Fox

Walk the Line

Version en français
v.o.a. : Walk the Line
18 novembre 2005

Johnny Be Good

Photo Par Karl Filion
Joaquin Phoenix fait preuve d'un étonnant charisme pour personnifier la légende du country Johnny Cash dans un film qui fait son élégie en se concentrant sur le plus important : la musique.

Le réalisateur James Mangold a mis plus de sept ans avant de finalement voir son projet de film biographique sur Johnny Cash, la légende de la musique country, se concrétiser. Trouver un bon scénario, acquérir les droits, trouver des acteurs, trouver un studio, plusieurs problèmes qui ont apparemment permis de faire un film complet et dramatiquement efficace, tout en étant conscient que ce qui plaît c'est la musique. Et ici, elle est vraiment le centre d'attention, l'aspect le plus important de Walk the Line, ce sont plutôt les querelles familiales et les histoires d'amour qui sont des prétextes pour la célébrer.

Johnny Cash. Une légende de la musique country qui a fait des tournées à travers les États-Unis avec Jerry Lee Lewis, Elvis Presley, Roy Orbison et June Carter, qui deviendra éventuellement sa deuxième femme. D'un drame de son enfance à ses débuts dans le monde de la musique, en passant par ses troubles avec la drogue et son vedettariat, Walk the Line trace son portrait.

C'est Joaquin Phoenix qui a hérité de la tâche d'incarner au grand écran le chanteur country Johnny Cash, et il le fait avec un apparent plaisir. Il est enjoué, énergique, dévoué, mais aussi vulnérable et dépendant. Un bon travail tout en nuances, ponctué de quelques mesquineries amusantes. Une scène seulement – celle de la crise de drogue – semble faussée. Un Oscar pour Meilleur acteur? Peut-être, peut-être, mais disons que l'abandon n'est pas aussi total qu'avec Jamie Foxx et Ray Charles, le gagnant de l'an dernier. Reese Witherspoon lui donne rigoureusement la réplique, jouant sur le désir et la retenue, et les deux y vont d'excellents tours de chant lors des nombreux spectacles. Il n'y a que Robert Patrick qui incarne un odieux cliché.

La réalisation présente efficacement l'action en filmant conventionnellement plusieurs scènes, mais se permet aussi d'ajouter de l'intensité en utilisant l'éclairage de scène, un fabuleux contre-jour par exemple, et la complicité des deux vedettes lors des spectacles. Ce sont les moments les plus enlevants, à cause de la relation entre les deux chanteurs, certes, mais aussi parce que la musique y est l'attrait principal.

Pour la finale, on élude rapidement toutes les considérations sentimentales et familiales, les chicanes et les rancunes, parce que ce n'est pas ce qu'on veut entendre. Ce qu'on veut, c'est la musique.

Walk the Line est un bon film, parce que ses acteurs sont efficaces, que sa réalisation est convaincante, que la musique est bien sûr omniprésente et bien utilisée. Mais Walk the Line est aussi un bon film biographique, parce que après l'avoir vu, on sait pourquoi Johnny Cash est une légende.
Partager sur : Twitter Facebook
Photo Karl Filion

Mes dernières critiques

Alexandre et sa journée épouvantablement terrible, horrible et affreuse
Le juge
Les apparences
Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire
2 temps 3 mouvements
Qu'est-ce qu'on fait ici?
L'épreuve : Le labyrinthe
Aimer, boire et chanter
Site conçu et développé par Logo Libéo
Représentation publicitaire par Logo Moviefone
© 2016 Média Happy Geeks inc. Tous droits réservés.