Un bonheur n'arrive jamais seul

Version originale en français
Le film peut être vu sans risque par des personnes de tout âge.

Durée

1h49

Genre

Comédie sentimentale

Origine

  • France

Sortie limitée à Montréal

4 septembre 2012

Sortie étendue

7 septembre 2012

Date de sortie du DVD

18 décembre 2012

Synopsis

Sacha est un pianiste très doué qui aime faire la fête et ramener une fille différente à chaque soir. Sa carrière est sur le point de prendre son envol, au grand bonheur de ses amis qui font tout pour l'aider. Un jour, il fait la rencontre de Charlotte. C'est le coup de foudre instantané. Sacha déchante un peu lorsqu'il rencontre les trois enfants de sa nouvelle amoureuse et ses deux anciens maris. Lui qui a toujours mené une existence de célibataire, il doit s'habituer à cette réalité inconnue. Surtout que de grandes décisions viendront affecter son avenir professionnel.

Synopsis © Cinoche.com

Réalisateur

Scénaristes

Producteurs

Studio de production

  • Captain Movies
  • Eskwad
  • SPAD Films

Distributeur au Québec

  • Remstar
Horaire cinéma

Ce film n'est pas à l'affiche.

Revues de presse
Médiafilm
45%
Médiafilm
Cote: 5 (Moyen)

Avec ses développements mécaniques, le scénario de cette production artificielle transpire la ringardise. Il faut dire que James Huth (SERIAL LOVER, BRICE DE NICE) n'est pas Blake Edwards. Et que les sympathiques Gad Elmaleh et Sophie Marceau ne sont pas toujours à l'aise. Abonné aux rôles de crapules, François Berléand les éclipse tous les deux.

Télérama
Frédéric Strauss

Mais cette comédie doit aussi être romantique. Un problème, car les sentiments coupent net l'élan de James Huth. Son couple explosif ne produit, dans ce domaine, aucune étincelle. Au point de faire resurgir tous les artifices, de situations et de distribution.

The Gazette
Brendan Kelly

Do you think there's a happy ending? Oh, I can't tell you. You'll just have to see the movie — when it turns up on cable in a few months.

Voir
30%
Alexandre Duguay
Cote: 1,5 étoile

Il serait injuste de qualifier de médiocre ce divertissement, mais avec cette approche hyper prévisible, l'humour tombe allègrement dans la facilité. De fait, les gags visuels, souvent inspirés du slapstick, découragent plus qu'ils n'amusent.

La Presse
75%
Stéphanie Vallet
Cote: 3 étoiles

Un bonheur n'arrive jamais seul ne raflera pas de prestigieux prix, mais il a le mérite de faire rire de bon coeur. Le couple Marceau-Elmaleh séduit et reste crédible, contre toute attente.

Le Parisien
Pierre Vavasseur
Cote: Pas du tout

Les personnages se gamellent à qui mieux mieux pour nous faire croire à une cascade de gags. Las, cette propension à tomber laisse entrevoir la dure réalité : le film est au fur et à mesure bien parti pour se ramasser. Le scénario est construit au marteau-piqueur. La bande-son aussi. Un brin de petite culotte entraperçu — celle de Mademoiselle Marceau — veut donner l'illusion que tout ceci a du corps. Les dialogues sont plus convenus qu'une discussion sur la météo au Café du Commerce. Et comble du comble, la chute est tellement attendue qu'elle en est totalement ratée. Z'Huth alors!

Le Monde
50%
Jacques Mandelbaum
Cote: On peut éviter

L'ensemble, qui semble plus sûrement chroniquer les moeurs du show business que d'une quelconque réalité contemporaine, résonne comme un faux accord dans l'époque qui est la nôtre.

Le Point
Olivier De Bruyn

Dans Un bonheur n'arrive jamais seul, James Huth (Brice de Nice, Serial Lover) respecte les règles immuables de la comédie romantique, orchestre la lutte de ses personnages contre les contingences ennemies et, surtout, met en scène la rencontre sur l'écran de deux figures ultra-populaires du cinéma français : Sophie Marceau et Gad Elmaleh. Ce dernier aspect constitue la réelle raison d'être du film qui, malgré quelques scènes efficaces et la conviction de son actrice principale, souffre de sa faiblesse scénaristique et de son absence de subtilité. Dommage.

Le Nouvel Obs
25%
Sophie Grassin
Cote: 1 coeur

Il transforme Sophie Marceau en Pierre Richard maladroit, se souvient que Gad Elmaleh fut mime mais bute sur des questions de rythme et oublie de soigner l’entourage de son couple (qui malgré tout fonctionne bien). Du coup, une heure cinquante, c’est un peu long, surtout vers la fin.

Site conçu et développé par Logo Libéo
Représentation publicitaire par Logo Moviefone
© 2016 Média Happy Geeks inc. Tous droits réservés.