Affiche du film Transformers
© DreamWorks

Transformers : Le film

Version en français
v.o.a. : Transformers
v.o.a. : Transformers: The Imax Experience
2 juillet 2007

Des débris

Photo Par Karl Filion
Dans un autre coup de génie, le cinéma américain s'approprie une des bonnes idées des années 80, dans ce qu'il conviendrait d'appeler le courant du vintage cinema, afin de ramener dans les salles les hommes dans la trentaine à l'âme nostalgique. Et, puisqu'ils sont maintenant mariés et pères de famille, pourquoi pas leurs enfants aussi...

Mélange explosif de bagarres épiques entre robots extra-terrestres qui s'adresse aux nerds et à ceux qu'on a rescapé, le nouveau film de Michael Bay ne détonne pas. Des scènes d'action enlevantes et des effets spéciaux sur-utilisés forment la partie la plus consistante de ce nouveau blockbuster pas particulièrement convaincant.

Pour le jeune Sam Witwicky, la vie tourne autour de sa nouvelle voiture et des jeunes filles qu'il pourra séduire assis derrière le volant. Cependant, lorsque sa voiture prend littéralement vie, il se retrouve au centre d'un combat entre êtres robotisés extra-terrestres capables de se transformer et à la recherche d'un mystérieux et très puissant cube avec lequel le grand-père de Sam aurait été en contact.

Dans sa première partie, Transformers : Le film a de la difficulté à démarrer à cause de scènes à l'humour cabotin et douteux et de ses dialogues particulièrement niais. La jeune vedette Shia LeBeouf ne se tire pas mal d'affaire, mais rien n'y fait, pendant plusieurs minutes au début du film, on montre ce feu d'artifices d'explosions et de destruction qu'on attendait. Si seulement on passait à autre chose pour la suite...Dès l'arrivée des personnages principaux cependant, le film prend un second souffle. Leur présentation est efficace, vite annulée par une longue scène dans le jardin d'une surprenante bêtise et d'un ennui rare.

Le choix des personnages impliqués semble aussi de faible envergure, tout comme la présence de Mégatron, très limitée. Le film garde son ton léger et ne semble pas prendre au sérieux les événements qu'il décrit. Un robot qui vidange son huile sur un policier n'est pas non plus très élégant, tout comme la vague impression qu'on a affaire à un défilé promotionnel de l'armée.

Les scènes de combats qui suivent ne sont pas tout à fait au point, même si le spectacle est de haute voltige. Déjà, les nombreux débris de robots, très propices aux roulades, qui remplissent l'écran empêchent de bien voir les effets spéciaux autrement très impressionnants, tandis que les invraisemblances s'accumulent. La meilleure arme ne sera jamais le fusil le plus perfectionné ou le tank au meilleur blindage, mais la chance, l'immense chance qui suit les héros de films d'action.

« Nous avons une dette envers vous », dira Optimus Prime vers la fin du film, dans un moment ridiculement lucide, après avoir sauvé la Terre de l'apocalypse technologique. C'est plutôt Michael Bay qui a contracté une dette envers les amateurs des Transformers : il doit encore leur livrer un film cohérent qui saura ajouter à des effets spéciaux explosifs une histoire inspirée et des relations humaines plus réalistes. Pour l'instant, il n'aura réussi qu'à faire vendre d'autres figurines...
Partager sur : Twitter Facebook
Photo Karl Filion

Mes dernières critiques

Alexandre et sa journée épouvantablement terrible, horrible et affreuse
Le juge
Les apparences
Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire
2 temps 3 mouvements
Qu'est-ce qu'on fait ici?
L'épreuve : Le labyrinthe
Aimer, boire et chanter
Site conçu et développé par Logo Libéo
Représentation publicitaire par Logo Moviefone
© 2016 Média Happy Geeks inc. Tous droits réservés.