Affiche du film  Sexy et en cavale
© Warner bros. Canada

Sexy et en cavale

Version en français
v.o.a. : Hot Pursuit
7 mai 2015

Mauvais à un point tel...

Photo Par Elizabeth Lepage-Boily

D'abord, ATTENTION, il s'agit très certainement de la pire traduction québécoise de l'histoire du cinéma moderne!

Si ce n'était que la traduction qui irritait, peut-être aurions-nous pu endurer l'oeuvre sans grincer des dents, mais comme l'ensemble est aussi épouvantable que son doublage, nous ne pouvons qu'être exaspéré par l'idiotie de la production et déçu que ce studio nous ait proposé telle calamité. Les répliques sont absurdes, les personnages grotesques, les situations invraisemblables et l'humour est d'un niveau inférieur (les blagues de pets et de caca mous sont trop sophistiquées pour Hot Pursuit).

Nous sommes à une époque où les femmes prennent de plus en plus de place en humour et prouvent leur valeur équivalente aux hommes. Bridesmaids est l'un des moteurs de cette nouvelle tendance au cinéma qui permet à des femmes de s'illustrer en comédie. Malheureusement, Hot Pursuit fait régresser le phénomène. Il y a même certaines séquences dans le film qui frôle la misogynie, et ce, même si les deux protagonistes sont des femmes « fortes » et assumées, celles dont on fait généralement l'éloge.

Définitivement, Reese Witherspoon est capable du meilleur comme du pire. La comédienne qui vient à peine de fouler le tapis rouge des Oscars pour sa nomination en tant que meilleure actrice dans un premier rôle offre, quelques mois plus tard, l'une de ses pires performances à vie. Ce personnage qu'elle incarne est, en plus d'être très peu crédible, ennuyeux. Créée à même le cliché de la femme rigide, la policière méthodique n'engendre à aucun moment ce sentiment d'attachement que devrait ressentir le public pour une protagoniste de cet ordre. Sofía Vergara n'est guère mieux. L'exubérance de son alter ego et ses décolletés plongeants ne pardonnent pas la futilité son jeu.

Hot Pursuit nous propose des scènes d'un crétinisme sans nom. Les deux protagonistes échappent à la police en se déguisant en cerf, puis en garçons, en se faufilant à travers la petite fenêtre d'une toilette publique, et en conduisant, menottées l'une à l'autre, un autobus rempli de personnes âgées. Elles font passer de la Coke pour de la poudre à pâte et font semblant d'être lesbiennes émoustillées pour déconcentrer un homme sur le point de les dénoncer (??). Il y a tellement d'inepties dans cette production (qui a quand même coûté 35 millions $) que les répertorier toutes serait (en plus d'une perte de temps monumentale), un exercice profondément déprimant. Je vous laisse donc sur ces tristes quelques exemples et vous déconseille de vous imposer tel supplice; la vie est courte, ne gâchez pas une heure trente de cette dernière avec Hot Pursuit.

Partager sur : Twitter Facebook
Photo Elizabeth Lepage-Boily

Mes dernières critiques

Site conçu et développé par Logo Libéo
Représentation publicitaire par Logo Moviefone
© 2016 Média Happy Geeks inc. Tous droits réservés.